Au chevet du patient après une hospitalisation

Spécialisée dans les applications destinées aux soins de santé, l’entreprise Intersysto vient de mettre au point un système élégant de suivi de patients à domicile appelé 3S Homecare. Cette application utilise, entre autres, le réseau Sigfox déployé dans toute la Belgique par ENGIE M2M.

Intersysto jbc sli
Un système de suivi de patients à domicile, soutenu par le réseau d'ENGIE M2M

Depuis le début de cette année, le réseau d’ENGIE “Low Power Wide Area Network” (LPWAN) couvre tout le territoire belge. Basé sur la technologie Sigfox, il s’agit d’un réseau global destiné à l’Internet des Objets (IoT). ENGIE l’exploite en qualité d’opérateur exclusif pour la Belgique via sa filiale ENGIE M2M. De faible coût et de faible consommation, ce réseau est aussi de longue portée et utilise une bande passante particulière qui permet aux ondes de passer même dans des endroits difficiles comme les caves en zone urbaine par exemple. Les possibilités d’application sur le terrain sont multiples comme, par exemple, rendre les compteurs d’eau intelligents ou évaluer le niveau de grandes citernes à mazout. L’entreprise Intersysto, basée à Tournai, a décidé de lui faire confiance lors de la mise en place d’une application destinée à suivre les patients rentrés chez eux après une hospitalisation voire aussi les personnes âgées habitant chez elles. Dominique Duhayon, l’administrateur délégué de la société, nous en dit plus.

Comment définiriez-vous 3S Homecare ?

Dominique Duhayon : « Il s’agit d’une plateforme informatique qui permet d’être vraiment au chevet du patient quand il est rentré chez lui après une hospitalisation. Il permet une communication entre le patient et toutes les personnes qui le suivent. Il s’agit donc d’un nœud d’intercommunication entre tous les intervenants qui sont au courant de tout ce que les autres ont fait et de leurs observations. Avant, une telle centralisation n’existait pas et les informations ne remontaient pas vers les prestataires de soins. Simple exemple : un livreur de repas peut désormais signaler si tout va bien, si la personne mange bien et donner l’alerte s’il se rend compte d’une anomalie. »

Comment le système fonctionne-t-il en pratique ?

D.D. : « Une tablette est installée chez le patient. Celui-ci et les intervenants lors de leurs visites remplissent leur partie (les actes réalisés, le cahier de liaison, etc.). Les données sont envoyées dans la plateforme. Celle-ci communique avec le centre de coordination de la mutuelle qui dispatche l’information à qui de droit. Vous savez que, suite à une hospitalisation, c’est ce même centre qui prend en charge le patient rentré chez lui et met en place les soins recommandés par le médecin. Désormais, le médecin traitant ou le médecin spécialiste correspondant peuvent suivre, au quotidien, l’évolution de leur patient. Les données sont également disponibles dans le Réseau Santé Wallon. J’ai coutume de dire que la solution permet au médecin de disposer de l’information comme si le patient était au bout du couloir dans son service… »

3S Homecare est-il déjà actif ?

D.D. : « Absolument. Nous avons mis trois ans à mettre au point ce projet que la Fondation Roi Baudouin a récompensé en août 2016. Il est actuellement déployé chez 50 personnes suivies par la mutuelle Solidaris. Maggie De Block, la ministre fédérale de la Santé, l’a retenu dans son appel à projets et, depuis le 1er juin, 25 personnes supplémentaires bénéficient de 3S Homecare. Et un projet portant sur 50 patients est aussi à l’étude. »

À quel niveau le réseau d’ENGIE M2M intervient-il ?

D.D. : « 3S Homecare utilise un réseau Internet classique pour une partie de ses transmissions via le Wi-Fi ou la 4G. Et pour cause, un cahier de liaison ou un petit texte écrit par un prestataire de soins de santé ou par le patient ne peut pas être transmis par le réseau d’ENGIE M2M limité à 12 bytes toutes les dix minutes. Par contre, transmettre une donnée chiffrée que le patient prend, lui-même, comme la tension artérielle, la glycémie… , c’est possible via la technologie Sigfox. Dans le cadre d’un projet que nous développons avec le CHU de Liège sur des pathologies pneumologiques et oncologiques, le patient pourra donner régulièrement des infos sur sa capacité pulmonaire. Il utilisera un spiromètre et 3S Homecare transmettra les résultats. Le spiromètre sera complété par des capteurs multifonctions pour déterminer la température ambiante, l’humidité et la pression. Ces capteurs communiqueront avec la plateforme via le réseau d’ENGIE M2M. Et c’est important, car le bulbe du spiromètre est influencé par ces trois éléments et donc le résultat du patient aussi. »

On en déduit que vous êtes satisfait du réseau et d’ENGIE M2M.

D.D. : « Absolument. Nous avons une collaboration fructueuse. ENGIE M2M nous a aidé à développer la connexion IoT avec notre solution. Ils sont fort proches et très disponibles. Et la technologie est remarquable. Imaginez, il n’y a pas de roaming et donc, même si le capteur est à Paris, il transmettra et l’info sera reçue. À terme, nous pensons aller plus loin avec 3S Homecare qui pourrait très bien convenir pour le suivi des personnes âgées. Nous pensons aussi à utiliser le réseau d’ENGIE M2M pour contrôler la consommation d’eau et d’électricité de la personne. Une anomalie détectée pourrait être signe d’un souci de santé. »

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn