Drogenbos va stocker l’énergie renouvelable à grande échelle

C’est une première en Belgique. Le site de la centrale au gaz de Drogenbos entame sa reconversion. Et quelle reconversion ! Résolument tourné vers l’avenir puisque désormais on y stockera l’électricité. Bienvenue au nouvel ENGIE Energy Storage Park.

ENGIE energy storage Drogenbos jbc sli

Les centrales électriques classiques assurent de manière constante une production modulable et prévisible d’électricité. Si on les remplace, et ce sera de plus en plus le cas, par les énergies solaire et éolienne moins prévisibles, il faut trouver une solution pour continuer à garantir une fourniture constante et assurer la stabilité du réseau. Ce dernier, en effet, doit réaliser en permanence un équilibre entre la production et la consommation. La solution ? Maîtriser le stockage de l’électricité à grande échelle.

Pour y parvenir, ENGIE, par l’intermédiaire de sa Business Unit Generation Europe, va tester des batteries de grande capacité sur le site de la centrale au gaz de Drogenbos.

« Nous voulons savoir comment fournir au mieux des services de soutien au réseau », précise Christophe Billiouw, directeur de l’exploitation du site de Drogenbos. « Nous allons ensuite tester différents types de batteries pour déterminer celles qui conviennent le mieux à ce genre de fonction. Par ailleurs, nous chercherons à savoir de quelle manière nous pourrons assurer la sécurité d’approvisionnement de nos clients industriels. L’expérience nous aidera aussi à accompagner nos clients dans la transition vers une consommation d’énergie durable. »

Une capacité de stockage de 20 MWh

À l’ENGIE Energy Storage Park, plusieurs conteneurs, renfermant des batteries, des transformateurs, des convertisseurs et des ordinateurs, ont été installés. Objectif : réaliser des essais de stockage de 20 MWh d’énergie renouvelable. « Une telle capacité pourrait aider Elia, le gestionnaire du réseau, à accroître la stabilité et la fiabilité de l’approvisionnement », assure Pascal Renaud de la BU Generation Europe qui gère et exploite les activités de production thermique d’ENGIE dans neuf pays européens.

C’est la première fois que l’on teste des batteries de grande capacité en Belgique. L’ENGIE Energy Storage Park sera à la fois un banc d’essai mais aussi un laboratoire. ENGIE commencera par y tester des batteries lithium de quatre fabricants différents dans les mêmes conditions, pour une puissance totale de 6 MW. « Le but est de tester non seulement ces batteries de grande capacité, mais aussi de nouvelles technologies de stockage, comme l’air comprimé, le volant d’inertie, les batteries à flux redox… », précise Pascal Renaud. « Toutes ces solutions sont susceptibles d’optimiser la gestion et le stockage de l’énergie. »

Une mise en fonction en octobre

Pourquoi à Drogenbos ? « Ce n’est pas seulement pour nous une manière de réutiliser des infrastructures et des sites existants », justifie Pascal Renaud. « Pour le personnel qui travaillait à l’origine dans les centrales classiques de production, c’est l’occasion de se reconvertir dans un secteur très porteur. » Le stockage de l’électricité est en effet l’un des chantiers majeurs des prochaines années pour plus d’énergies renouvelables et moins d’énergies fossiles.

À partir d’octobre 2017, les dispositifs de l’ENGIE Energy Storage Park devraient être à même de retirer de l’électricité du réseau lorsque la production est trop élevée, la stocker dans les batteries et la réinjecter ensuite dans le réseau en cas de nécessité. Il permettra en outre à ENGIE de mieux comprendre le fonctionnement des batteries, de tester différents modèles énergétiques et d’acquérir une expérience dans l’achat, l’utilisation et l’exploitation de batteries. Et faire un pas de plus dans la transition énergique.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn