ENGIE mise sur l’hydrogène, le chaînon manquant de la transition énergétique

L’hydrogène est le combustible de l’avenir. C’est le chaînon manquant d’un écosystème décarboné. Leader de la transition énergétique, ENGIE entend miser résolument sur ce combustible et devenir un acteur important de l’hydrogène. L’entreprise souhaite ainsi contribuer à un progrès harmonieux des villes et territoires à travers le monde.

ENGIE waterstof hydrogène jbc sli

Les objectifs climatiques européens réclament une vraie transition énergétique de notre société. Il est essentiel de réduire de manière importante le recours aux combustibles fossiles dans l’industrie, le transport et les utilisations domestiques. Ils génèrent ensemble 75% des émissions de CO2. Dans un avenir proche, l’hydrogène pourra être un vecteur important pour accélérer la transition énergétique.

L’hydrogène est l’élément le plus abondant de l’univers. Il offre une multitude de possibilités qui lui permettront de jouer un rôle majeur dans la transition énergétique. Ce combustible propre, obtenu par électrolyse*, peut décarboner des processus industriels, mais aussi faire rouler des véhicules zéro émission ou servir au stockage de l’énergie renouvelable. Dans ces trois domaines, ENGIE souhaite développer des solutions simples, fiables et durables, afin de répondre aux attentes environnementales de ses clients.

L’hydrogène peut être ‘fabriqué’ à partir de la production excédentaire d’énergie renouvelable, solaire ou éolienne. À plus ou moins long terme, nous serons en effet confrontés à des excédents de production de ces énergies vertes. Comme l’électricité ne se stocke pas et que la production d’énergie renouvelable est intermittente, la transformation d’électricité excédentaire en hydrogène permet un stockage qui garantit le fonctionnement et la stabilité du réseau électrique.

Sur le plan de la mobilité, ENGIE a par exemple lancé des projets pilotes de production d’hydrogène pour des véhicules de service munis de piles à combustible fonctionnant par électrolyse. Comme le produit résiduel de ce processus est tout simplement de l’eau, les émissions des voitures à hydrogène ne sont pas polluantes.

Nous étudions également le projet de déployer des bus à hydrogène en Wallonie.

ENGIE est aussi un partenaire de GreenPorts à Zeebrugge. Avec Colruyt/Eoly, Hydrogenics, Fluxys, Elia et WaterstofNet, nous y étudions la faisabilité d’un projet de conversion de l’électricité produite par les parcs éoliens en mer du Nord en hydrogène, qui pourra ensuite être injecté dans le réseau de gaz. La distribution d’hydrogène par le réseau de gaz est en effet meilleur marché que la distribution d’électricité via le réseau câblé.

Pour donner leur chance à ces projets et les faire aboutir, ENGIE souhaite la mise en place d’un cadre réglementaire clair en ce qui concerne la production et l’utilisation de l’hydrogène.

(*) Électrolyse : procédé de décomposition chimique de l’eau en hydrogène et oxygène sous l’action d’un courant électrique.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn