La première centrale de géothermie profonde en Belgique

VITO, l’Institut flamand de recherche en technologie, étudie depuis des années le potentiel de la géothermie profonde en tant que source d’énergie durable. VITO a choisi ENGIE Fabricom pour participer à la construction et l’entretien de la toute première centrale de géothermie profonde en Belgique, qui ouvrira ses portes à la mi-2018 à Mol.

VITO jbc sli

La géothermie, plus ancienne que vous croyez

Le mot “géothermie” signifie “chaleur de la terre” (du grec ancien, “gê” terre et “thermós” chaleur). Pour exploiter cette chaleur, de l’eau chaude contenue dans des couches profondes du sol est pompée à la surface via des puits de forage, puis réinjectée en sous-sol. L’idée peut sembler neuve, mais elle ne l’est absolument pas : il y a 10.000 ans déjà, des tribus indiennes de l’Amérique du Nord utilisaient des sources d’eau chaude pour effectuer des rituels de purification et pour faire bouillir des aliments. En Italie, on produit de l’électricité à partir de la chaleur terrestre depuis le début du 20e siècle.

Une énergie verte, inépuisable et continue

Qui dit énergie verte, pense aussitôt au vent et au soleil. Pourtant, la géothermie est elle aussi une source d’énergie renouvelable, respectueuse de l’environnement et disponible partout. Elle peut contribuer à un prix énergétique plus stable et réduire notre dépendance à l’égard de l’étranger pour notre approvisionnement énergétique. Comme l’eau chaude y circule dans un système fermé, la source qu’elle utilise est pratiquement inépuisable. De plus, elle génère de l’énergie sans émissions polluantes. Et contrairement au solaire et à l’éolien, la géothermie n’est pas tributaire des conditions météorologiques.

Bien sûr, pour profiter de ces avantages, il convient d’étudier la faisabilité financière et le rendement de la géothermie profonde, qui demande un investissement initial important, mais dont les coûts d’exploitation ultérieurs sont peu élevés.

La nouvelle centrale de géothermie profonde de Mol permettra à VITO d’étudier en conditions réelles les défis techniques, la faisabilité économique et le potentiel de la géothermie en Flandre.

Un projet pilote prometteur

Après avoir acquis l’ancien site de Balmatt à Mol en 2007, VITO a lancé le projet en 2015. Deux puits d’une profondeur de 3.610 m et de 4.341 m ont été forés en 2016. L’essai de pompage a permis de constater que le débit et la température de l’eau sont amplement suffisants pour réaliser les ambitions du projet. Le feu vert a donc été donné pour la construction effective d’une centrale de géothermie profonde sur le site.

Concrètement, l’eau pompée à la surface se trouve dans une couche calcaire profonde à une température de quelque 130°C. Après être passée dans l’échangeur de chaleur de la centrale, l’eau amenée à la surface est réinjectée en sous-sol, où elle est réchauffée naturellement. Le cycle peut alors recommencer.

Produire à la fois de la chaleur et de l’électricité

VITO part du principe qu’en production continue, les deux puits de la centrale disposent d’un potentiel thermique d’environ 10 MWth et d’un potentiel électrique voisin de 1 MWe. Il s’agira de la première centrale de géothermie profonde du Benelux à produire de la chaleur verte et de l’électricité verte. Une centrale géothermique complète (comptant 5 à 6 puits) pourrait totaliser 4 MWe, ce qui placerait le site de Mol dans le top 10 des centrales de géothermie profonde en Europe.

Conduire la transition énergétique

Pour la construction et l’entretien des installations en surface, VITO a fait appel à ENGIE Fabricom. Cette mission cadre parfaitement dans la stratégie du Groupe ENGIE qui mise résolument sur les énergies renouvelables. La construction des installations débutera en janvier de l’année prochaine, la réception étant prévue pour le mois d’août 2018.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn