Rechercher le soleil où il est le plus généreux

Qu’il s’agisse de technologie photovoltaïque ou d’énergie solaire à concentration, la production d’électricité à grande échelle évolue petit à petit vers le solaire.

ENGIE Zonne-energie énergie solaire jbc sli

À l’échelle mondiale, la production d’électricité solaire ne représente que 1,2% de la production totale. À l’horizon 2050, ce volume devrait passer à 27% selon l’Agence internationale de l’Énergie. Nous vivons donc une croissance exponentielle de la technologie solaire.

« Dans le cadre de la production décentralisée d’électricité, la technologie des panneaux photovoltaïques est arrivée à maturité », assure Philippe Buxant, directeur du programme Corporate Énergies renouvelables chez ENGIE. « Comme les panneaux sont produits à l’échelle industrielle, ils sont, selon moi, promis à un bel avenir. Aujourd’hui, le mégawattheure d’électricité produit par des panneaux photovoltaïques revient à moins de 30 dollars dans certains pays très ensoleillés et ce prix devrait encore diminuer. Les parcs solaires gagnent de plus en plus de terrain en Asie et au Moyen-Orient, ce qui augmente encore la part dans la production mondiale d’électricité. »

Réduire la pollution

La Chine investit massivement dans la technologie solaire, pour deux raisons.

  • La première est de répondre à une partie de ses besoins gigantesques en électricité d’une manière écologique et de réduire ainsi la pollution inhérente aux centrales à charbon.
  • La seconde est de promouvoir sa propre industrie de panneaux solaires. La Chine est devenue non seulement le plus grand producteur mais aussi le plus grand marché des panneaux solaires. Comme elle fabrique les panneaux à l’échelle industrielle, les prix chutent.

Moins cher que le gaz

Par ailleurs, les pays producteurs de gaz et de pétrole du Moyen-Orient, comme l’Arabie saoudite, le Qatar et Oman, ont pris conscience de la compétitivité des énergies renouvelables.

En raison de l’ensoleillement abondant, la production d’électricité solaire est moins chère chez eux que toute production à partir de pétrole ou de gaz. « Le rendement moyen d’une centrale à gaz avec cycle combiné n’est que de 50% », précise Philippe Buxant. « Cela signifie que vous devez brûler 2 mégajoules (MJ) de gaz naturel pour produire 1 MJ d’électricité. Une bonne partie de l’énergie primaire utilisée est donc perdue. »

Ces pays collectionnent les projets d’envergure en vue de construire des parcs photovoltaïques ou des centrales d’énergie solaire à concentration. Le pétrole et le gaz ainsi économisés pourront être exportés.

Des projets d’envergure

Les choses bougent également en Afrique du Nord. L’Algérie a lancé cette année un grand appel d’offres pour des parcs solaires gigantesques qui doivent produire un total de 4 gigawatts d’énergie solaire. Au Maroc, la première partie de Noor a été ouverte. Il s’agit d’une des plus grandes centrales solaires au monde basées sur la technologie de l’énergie solaire thermique à concentration. L’installation doit être pleinement opérationnelle en 2018 et alimentera 1 million de personnes en électricité. La centrale fait partie intégrante de la politique énergétique innovante du Maroc. Le pays africain entend en effet produire 42% de son énergie de sources durables en 2020 et 52% en 2030.

À lire également : De l’énergie solaire à grande échelle.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn