Un habit de lumière pour La Monnaie

Après deux ans de travaux, le Théâtre royal de La Monnaie se pare de nouveaux atours dont un tout nouvel éclairage pour la salle, la scène et les coulisses. Un habit de lumière imaginé et conçu par ENGIE Fabricom. En scène !

ENGIE Fabricom verlichting De Munt éclairage La Monnaie jbc sli
ENGIE Fabricom verlichting De Munt éclairage La Monnaie jbc sli
ENGIE Fabricom verlichting De Munt éclairage La Monnaie jbc sli

‘Pinocchio’, le nouvel opéra de Philippe Boesmans, ouvrira la saison 2017-2018 du Théâtre royal de La Monnaie ce 5 septembre. Notre nez ne s’allongera pas si l’on vous dit que la lumière y sera magique, magnifique et… économique. Car la scène de ce haut lieu de l’opéra et de la danse en Belgique inaugurera pour l’occasion un tout nouvel éclairage signé ENGIE Fabricom.

Plus de 1.500 LED

« Toute l’installation d’éclairage a été renouvelée sur scène », confirme Pieter Van Haegenbergh, Project Manager chez ENGIE Fabricom. « Projecteur, moving light… Mais nous avons également revu toute l’installation lumineuse de la salle et des coulisses. » Ainsi, les 1.500 ampoules halogène de 40 W qui équipaient la salle ont été remplacées par des ampoules LED. Tout comme celles du majestueux lustre qui la domine.

« Dans le cadre des travaux de rénovation du théâtre, les économies d’énergie constituaient un point essentiel », souligne Gérard Maraite, responsable de l’éclairage à La Monnaie et Andy Kinget, qui a mené le projet pour la Régie des Bâtiments. « Un éclairage LED était la garantie pour nous de diminuer nos consommations d’électricité mais aussi d’assurer à notre éclairage une durée de vie plus longue. L’expertise technique d’ENGIE a été cruciale, car il était indispensable de réutiliser au maximum, pour les nouvelles installations électrique et lumineuse, l’ancien câblage. Le théâtre de La Monnaie est un bâtiment classé, percer des saignées n’importe où n’est pas envisageable. »

Une collaboration constructive

Une attention toute particulière a également été portée à l’éclairage de secours, des espaces de circulation dans la salle, et celui des escaliers qui doivent impérativement rester allumés durant les représentations.

« Dans les coulisses aussi, la collaboration avec ENGIE Fabricom a été constructive », se réjouit Gérard Maraite. « Le défi était d’assurer un éclairage invisible pour le public tout en étant suffisant pour permettre aux artistes et techniciens d’évoluer en toute sécurité durant les spectacles. Après quelques discussions avec les experts d’ENGIE, nous avons opté pour un système de petites lumières qui durant les répétitions sont blanches, et bleues pendant les représentations. »

Si ENGIE a participé activement au nouvel éclairage du Théâtre de La Monnaie, elle y soutient également, dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale, le projet ‘Un pont entre deux mondes’ dont l’objectif est de (re)créer des liens sociaux et de donner accès à la culture, à la musique et à l’opéra à tous ceux que la vie a fragilisés socialement, économiquement ou médicalement.

Dans le cadre des prochains ateliers, visites et spectacles, leurs sourires viendront illuminer un peu plus encore la salle de La Monnaie.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn