Le dépannage à domicile a mauvaise presse. Il faut dire que les abus sont nombreux : surfacturations, malfaçons… Pour éviter les abus de professionnels indélicats, quelques précautions doivent être prises, même en situation d’urgence.

Il suffit de parcourir le Web et les réseaux sociaux pour s’en rendre compte : les arnaques lors d’un dépannage à domicile sont légion. C’est que face à l’urgence, notre vigilance est moins grande. Alors que faire en cas de dégât des eaux inopiné, de clé oubliée ou perdue, ou quand le chauffage vous lâche ?

1. On se méfie d’Internet

Le premier réflexe aujourd’hui en cas de panne ou d’urgence est de demander à notre moteur de recherche favori de trouver le corps de métier dont on a besoin. C’est pratique, certes, mais gardez à l’esprit que des prestataires de dépannage peu scrupuleux paient Google & consorts pour arriver en tête de liste des résultats de recherche. Bien sûr il y aura sans doute des gens sérieux aussi parmi les résultats. Mais avant de foncer tête baissée, prenez la peine de vous renseigner plus avant sur la société choisie, sur sa réputation. La remarque est valable également pour les publicités et cartes de visite glissées dans votre boîte aux lettres.

2. On se renseigne

Avant de choisir un dépanneur à domicile, on se renseigne sur le degré de satisfaction de ses services

Vous avez sélectionné une entreprise de dépannage à domicile ou un indépendant ? Vérifiez ses coordonnées, son numéro de TVA. Jetez un œil au site web. Affiche-t-il le prix des prestations ? Avez-vous déjà entendu parler de ce prestataire ? Est-il agréé ?

Autre solution : faire confiance au bouche à oreille. Demandez à vos amis, famille, s’ils connaissent un professionnel de qualité. Consultez aussi votre assureur.

Autre option : chez ENGIE, le service Assistance Habitation prodigue une aide rapide et efficace, avec des partenaires triés sur le volet, 7j/7, 24h/24 pour une multitude de pannes ou problèmes dans la maison (serrure, électricité, chauffage, gaz, toiture, eau…). Sophie, 59 ans, de Bruxelles, témoigne de son expérience du service Assistance Habitation : « J’ai appelé un samedi fin de matinée. J’ai expliqué mon problème et l’opératrice m’a assuré qu’un chauffagiste passerait dans l’après-midi. J’avoue que j’étais sceptique. À 14 heures il était là et en 20 minutes, il avait trouvé l’origine du problème. J’étais ravie. »

3. On exige un devis et une facture

Un professionnel qui rechigne à vous renseigner sur le prix de son dépannage n’est pas bon signe. Exigez toujours un devis écrit avant l’intervention reprenant la nature de celle-ci ainsi que l’ensemble des coûts (main-d’œuvre, frais de déplacement, quantité et prix des pièces, etc.) toutes taxes comprises. Vérifiez aussi que les coordonnées du prestataire figurent sur ce devis ainsi que les conditions de paiement. De même, exigez une facture à la fin de l’intervention. Ce sera votre « assurance » si jamais il y a encore un problème.

4. On se limite aux travaux urgents

Lors d’un dépannage, le serrurier ne doit pas forcément remplacer toute la serrure

Il se pourrait que le dépanneur vous suggère de procéder à quelques réparations supplémentaires. Limitez-vous aux seuls travaux urgents. Et réfléchissez pour la suite. Le dépanneur tente de vous amadouer en disant que votre assureur remboursera de toute façon la note ? Vérifiez que ce sera bien le cas et dans quelles conditions ! Gardez aussi les pièces défectueuses ou qui ont été remplacées, elles constitueront une preuve en cas de litige.

5. On surveille les réparations

Faites-vous toujours expliquer et montrer l’origine du problème. Demandez aussi des détails sur l’intervention, la nature des travaux. Vous aurez ainsi la possibilité de les arrêter si nécessaire. Défoncer un mur pour jauger une fuite dans une canalisation n’est pas toujours nécessaire… À bon entendeur !

Facebook Comments