Comment rendre un établissement de santé neutre en CO2 ?

Hôpitaux, maisons de repos et de soins sont de gros consommateurs d’énergie. Leur taille ne cesse de croître tout comme leurs besoins en énergie. Toutefois, grâce à l’innovation, tendre vers des établissements neutres carbone est possible. Étude de cas…

19/06/2020 -
Valentine S.
Marketing expert Energy Efficiency

L’hôpital de demain pourra-t-il être neutre en CO2 ? Bien sûr, les besoins en chauffage, en eau chaude sanitaire et en refroidissement seront toujours importants. Mais réduire leur impact environnemental et inscrire les établissements de soin dans une démarche de neutralité carbone est un objectif réalisable. À condition d’œuvrer sur 4 éléments clés :

  • construire ou rénover de manière durable ;
  • refroidir de façon écologique ;
  • rendre l’équipement moins énergivore ;
  • compenser l’augmentation des consommations grâce à l’énergie verte.

Une mutation déjà en marche

L’hôpital d’aujourd’hui ne ressemble déjà plus à celui d’hier. Les chambres communes ont fait place aux chambres individuelles ou doubles, la durée des séjours a diminué alors que les interventions par lit, elles, ont augmenté. Les équipements médicaux, toujours plus performants, exigent davantage d’énergie et des locaux plus spacieux.

Conséquence ? Si des économies d’énergie ont pu être réalisées sur certains postes comme le chauffage ou l’éclairage grâce aux nouvelles technologies actuelles, d’autres consommations ont fortement augmenté suite aux normes de confort et d’hygiène devenues elles aussi plus élevées. C’est le cas, entre autres, du refroidissement et de la ventilation. Et pourtant, à taille égale, l’hôpital d’aujourd’hui consomme moins que celui d’hier. C’est ce qu’a révélé une étude de cas réalisée par ENGIE lors d’un projet de rénovation d’un établissement hospitalier belge datant des années 60 et dont la surface est passée de 105.000 m2 à 135.000 m2.

Les technologies de l’hôpital du futur

Pour que les hôpitaux soient encore plus performants énergétiquement à l’avenir et atteignent l’objectif zéro carbone, cette étude a mis en évidence que certaines technologies devront disparaître au profit d’autres, plus efficientes. Concrètement ?

Des adaptations bioclimatiques

L’isolation des murs et des toits sera doublée, passant de 10 cm à 20 cm. Idem pour l’étanchéité à l’air. Les bâtiments seront mieux protégés du soleil pour limiter la demande de refroidissement l’été, par exemple. Une ventilation nocturne naturelle permettra de refroidir sans gaspillage d’énergie. Et ce n’est là qu’une partie des options possibles. Ces adaptations pourraient ainsi permettre, selon l’étude menée par ENGIE, un gain de l’ordre de 30% sur la demande en chaleur !

L’optimisation du chauffage

Celle-ci passera par le remplacement des chaudières au gaz et même de la cogénération par d’autres technologies comme la production simultanée de chaud et de froid, des piles à combustible, des thermopompes pour récupérer l’énergie des eaux usées, etc.

Une climatisation plus efficace

Les unités d’air conditionné n’existeront plus du tout. Ici aussi, de nouvelles technologies ont déjà fait leur apparition, permettant de compenser 50% des émissions de CO2. Mais en 2050, le secteur pourra compter sur plus efficient encore. Avec, par exemple, des systèmes de refroidissement à l’ammoniac DX, 100% naturel.

Une production d’électricité verte

Une autre manière de diminuer le bilan complet des émissions de CO2 des établissements de soin sera de favoriser la production propre d’énergie verte. Cela passera bien sûr par l’installation de panneaux photovoltaïques en toiture mais aussi en façade ou encore dans les parkings sous forme de carports solaires.

De petites éoliennes à axe vertical peuvent également être envisagées.

Vous êtes curieux d’en savoir un peu plus sur le bilan CO2 de telles mesures énergétiques ? Téléchargez notre guide gratuit « L’hôpital de demain sera neutre en CO2». Vous pourrez y lire tous les résultats chiffrés de notre étude ainsi que tous les détails pour parvenir à un bilan carbone négatif pour votre établissement de santé à l’horizon 2050.

Il existe déjà beaucoup de technologies qu’il est possible de mettre en place dès aujourd’hui. Par exemple, grâce à un contrat de performance énergétique (CPE) vous pouvez atteindre vos objectifs énergétiques à long terme. Comme l’ont déjà fait le CHR Sambre et Meuse et le nouvel hôpital Chirec Delta. Prendre le chemin de la neutralité CO2 est un engagement social fort au service de la société, des patients, des collaborateurs et de l’environnement. Un engagement dans lequel ENGIE peut vous accompagner.

À lire aussi