Le CHU de Liège renouvelle sa confiance en ENGIE pour 10 ans

Il y a un peu plus de 10 ans, le CHU de Liège entamait avec ENGIE ses premiers travaux pour améliorer ses performances énergétiques. D’autres ont été réalisés depuis. Et ce n’est pas fini ! Un contrat de performance énergétique (CPE), signé en 2018, vient d’ailleurs d’être prolongé pour une durée de 10 ans.

22/06/2020 -
Valentine S.
Marketing expert Energy Efficiency

Grâce à un système de cogénération biomasse installé en 2009, le CHU de Liège était déjà parvenu à économiser quelque 12.000 tonnes de CO2 par an. Une installation qui avait été réalisée par ENGIE. Depuis, de nouvelles collaborations avec le groupe hospitalier ont permis d’aller encore plus loin. Et d’ouvrir la voie vers l’hôpital neutre en CO2 et vers de nouvelles économies d’énergie, que ce soit en termes de chauffage, de refroidissement, de ventilation et de consommation électrique.

Avec le CPE conclu en 2018 suite à un marché public et qui vient d’être renouvelé pour 10 ans, les deux partenaires s’assurent une collaboration sur le long terme pour mettre en place davantage de solutions technologiques durables et sobres, notamment à la clinique Notre-Dame des Bruyères.

 

Le site des Bruyères va ainsi accueillir de nouvelles chaudières au gaz en place de celles au mazout. De quoi réduire de 15% sa consommation de chauffage et de diminuer de manière significative les polluants liés à la combustion du mazout. Un système de cogénération de 260 kW est également prévu. L’ensemble devrait permettre une réduction importante des émissions de CO2.

D’autres travaux s’avèrent utiles pour réduire les consommations. Et dont d’autres hôpitaux pourraient s’en inspirer. « Nous avons ainsi changé la technologie des pompes à vide sur le site du Sart-Tilman », explique Grégory Hansenne, Area Manager chez ENGIE Solutions. C’est un point qui est souvent négligé et dont on ignore le fait qu’il a un impact non négligeable sur les consommations d’un hôpital. Le nouveau dispositif garantit au site un gain en électricité de 26.280 kWh/an et pas moins de 30.000 m3 d’eau par an. »

Certains gestes tout simples permettent également d’autres économies, comme l’isolation des corps de chauffe, des circulateurs ou des vannes. « On le faisait rarement auparavant car ces éléments étaient alors difficiles d’accès lors des contrôles, souligne Grégory Hansenne. Aujourd’hui, grâce au système de matelas, qui sont confectionné par des entreprises issues de l’économie sociale, le problème est résolu. L’économie d’énergie s'élève à plusieurs centaines de kWh par jour. Cela peut paraître peu, mais à l’échelle d’un hôpital, cela chiffre déjà… »

Des technologies innovantes

Parmi les mesures qui ont déjà été prises dans le cadre d’un précédent contrat de performance énergétique avec le CHU de Liège, certaines sont particulièrement innovantes. C’est par exemple le cas du procédé très spécifique de traitement d’eau qui permet de moins chauffer l’eau sanitaire utilisée par l’établissement de soins tout en s’assurant que celle-ci ne soit pas infectée par la légionnelle.

572 panneaux photovoltaïques ont aussi d’ores et déjà été installés sur les toits de 3 sites du CHU liégeois (Sart-Tilman, Bruyères, Esneux). Ainsi que des panneaux solaires thermiques et des pompes à chaleur pour chauffer l’eau sanitaire.

L’éclairage n’a pas non plus été négligé. Ainsi 5.000 points lumineux ont été remplacés suite au relampage des couloirs par des sources LED au Sart-Tilman. Les chambres de ce dernier ainsi que celles des Bruyères ont aussi été converties à la technologie LED. Et aux Bruyères, un éclairage de nuit à intensité variable a été installé.

« Grâce aux différents chantiers déjà réalisés, nous avons pu réduire nos dépenses énergétiques de l’ordre de 30 % par an. Ce qui représente une économie de 300.000 €. Et une réduction de nos émissions de CO2 de l’ordre de 2.300 tonnes »
Christian Franck

32 techniciens à pied d’œuvre

Du côté du client, on se montre plus que satisfait. « Grâce aux différents chantiers déjà réalisés, nous avons pu réduire nos dépenses énergétiques de l’ordre de 30 % par an. Ce qui représente une économie de 300.000 €. Et une réduction de nos émissions de CO2 de l’ordre de 2.300 tonnes », énonce fièrement Christian Franck, ingénieur et directeur du département technique au CHU de Liège. Et celui-ci ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Dans les prochaines années, nous espérons encore les diminuer  d’une dizaine de pour cent »

Pour y parvenir et veiller au bon fonctionnement de toutes les installations (cabines haute tension, groupes de secours, alimentation ininterrompue de l’électricité, etc.), 32 techniciens d’ENGIE Solutions œuvrent quotidiennement sur les sites du CHU de Liège. Ils s’assurent que la technologie d’aujourd’hui et celle de demain répondent aux exigences techniques, sécuritaires et climatologiques tout en baissant les coûts et en garantissant le confort des patients. Un service inclut dans le CPE.

À lire aussi