Contribution d’ ENGIE Axima dans la propulsion d’Ariane 6 dans l’espace

Le premier tir de la future fusée Ariane 6 est prévu pour fin 2020. D’ici là, un chantier titanesque est en cours pour construire son pas de tir.

13/12/2018 -
Valentine S.
Marketing expert Energy Efficiency

Un chantier auquel a activement participé ENGIE Axima ces deux dernières années.

Bienvenue à Kourou au Centre spatial guyanais d’où sont lancées les fusées Ariane, Soyouz et Vega. C’est là, sur un site de 72 hectares, l’équivalent de 150 terrains de football, et le long de la Route de l’Espace, que les équipes belges d’ENGIE Axima Belgique contribuent à la réalisation du nouveau pas de tir d’ Ariane 6. Les mises en service sont en cours.

3, 2,1, …

Au décollage, la poussée de la version 64 (4 Boosters) d’Ariane 6 sera équivalente à la poussée de plus de 10 avions A380. C’est pourquoi refroidir efficacement les bâtiments de la zone de lancement est impératif. Dans quelques jours, les équipes mettront en service une centrale de production d’Eau Glacée, composée de 3 groupes frigorifiques d’une puissance unitaire de 1MW.

En outre, les équipes ont travaillé cette année sur l’ensemble des installations de climatisation situées dans le « Bâtiment d’Assemblage Final » (comme le nom l’indique, bâtiment destiné à l’assemblage), du nouveau lanceur ARIANE 6 et sur 95% du montage des réseaux aérauliques et hydrauliques du « massif » situé dans la zone de lancement. Elles ont mis en place, finalement et non des moindres, la climatisation d’une dizaine de « petits » bâtiments équipés entre autres de centrales de traitement d’air et ventilo-convecteurs.

1re entreprise belge sur le pas de tir

ENGIE Axima a été la première entreprise belge à obtenir une commande pour les infrastructures au sol d’Ariane 6. Cette commande de plus de 10 millions d’euros s’inscrit dans le prolongement des activités historiques d’ENGIE Axima dans le secteur spatial. Elle confirme aussi la place importante qu’elle occupe dans la construction, la maintenance et l’exploitation des installations de climatisation du Centre Spatial Guyanais.

À lire aussi