Économies d’énergie dans les hôpitaux : les avantages d’une approche intégrée

Votre tâche : construire un hôpital à partir de rien. D’une surface au sol de 105 000 mètres carrés, comptant 750 lits, 23 blocs opératoires et, avec 1 600 places de parking, pour sur une superficie totale de 12 hectares.

06/05/2019 -
Valentine S.
Marketing expert Energy Efficiency
Soit 24 terrains de football. À vous de veiller à ce que ce mastodonte dispose du câblage nécessaire, du chauffage, du refroidissement, des gaz médicaux, des équipements électriques requis, etc., etc.  Ah oui, nous allions presque oublier l’essentiel : assurez-vous que la consommation énergétique de l’ensemble soit aussi faible que possible, sans nuire au confort des patients et du personnel.
Comment allez-vous vous y prendre ?

L’efficacité énergétique, priorité numéro un

En 2018, l’AZ Sint-Maarten a réuni ses trois campus en un seul centre hospitalier flambant neuf – d’une taille respectable, comme l’indiquent les chiffres que nous venons de citer. La direction avait décidé de miser sur une efficacité énergétique poussée, l’énergie étant un facteur de coûts très important dans un hôpital moderne. Celui-ci, dans un cadre légal très strict et des contraintes budgétaires croissantes, n’en doit pas moins continuer à assurer des soins de qualité. Comment réaliser cela ? Un hôpital est un monde en soi, et un monde très particulier. Il faut tenir compte de restrictions rigoureuses sur le plan de l’hygiène, partout et plus encore dans les salles blanches. Les nombreuses chambres des patients doivent être maintenues à la bonne température, par refroidissement ou chauffage. Sans oublier les équipements de secours, qui doivent être prêts à intervenir en cas de défaillance du système principal. Autant d’exigences qu’il n’est pas donné à n’importe quel fournisseur de maîtriser. Vu l’importance des enjeux de santé et la complexité de la situation – songez à la quantité et la diversité des câbles qu’il faut mener dans les couloirs d’un hôpital – les responsables de l’AZ Sint Maarten ont d’emblée choisi de confier l’ensemble de la gestion technique à ENGIE.

Un effort collectif

Réunissant leurs compétences, 250 spécialistes d’ENGIE ont, chacun au départ de leur expertise et de leur domaine, collaboré pour mener à bien les différentes tâches impliquées dans le projet. Ensemble, ils ont posé pas moins de 100 km de conduits et canalisations pour la climatisation et le chauffage, installé 115 groupes de conditionnement d’air, une capacité de refroidissement de 6 MW et une capacité de chauffage de 5 MW. Dans une optique de durabilité, ils ont opté pour une citerne d’eau de pluie de 600 m³ pour les chasses d’eau.

Pour le volet énergétique, le choix s’est porté sur un réseau souterrain de stockage (zone Borehole Thermal Energy Storage), d’une capacité de 450 kW pour le chauffage et le refroidissement, une installation de cogénération d’une capacité de 800 kW thermiques en 378 kW électrique et une roue thermique. Une combinaison bien pensée pour une efficacité énergétique optimale. L’union fait la force !

Un seul interlocuteur, un seul projet, un seul objectif

Pour réussir la coordination d’un projet d’une telle ampleur, il est bon que les intervenants se connaissent, mais mieux encore qu’ils travaillent – littéralement – les uns aux côtés des autres. C’est la meilleure manière de se concerter rapidement, de réorienter l’effort s’il le faut, et d’accorder les plans et les plannings. Concrètement, ENGIE Axima s’est occupé du chauffage et de la climatisation, des chambres froides, du sanitaire et des tubes pneumatiques. ENGIE Fabricom a pris en charge les installations électriques, le système d’appels patients, l’infrastructure d’information et de communication et les gaz médicaux. Quant à la coordination du projet, elle a été confiée à ENGIE Axima. Les avantages sont probants : tous les intervenants disposent au même moment des informations les plus récentes, la communication est optimale, l’étude de mise en œuvre s’effectue sans accrocs, la coordination est fluide et la marge d’erreur est minimisée.

Nouvelles techniques

La durabilité et l’optimisation énergétique ont fait l’objet d’une réflexion approfondie. C’est ainsi que l’eau de pluie est recueillie pour servir aux chasses d’eau. L’hôpital est également équipé d’un système de puits canadiens composés de 200 forages pratiqués sous le parking et assurant un stockage d’énergie souterrain. En été, l’eau relativement froide sert au refroidissement ; en hiver, l’eau relativement chaude permet de réchauffer l’air extérieur avant qu’il ne pénètre dans les bâtiments. Le complexe est également équipé de deux installations de cogénération. Ce dispositif permet de n’utiliser les grandes chaudières pour le chauffage qu’en cas de besoin.

Vue globale

Il est clair que le choix d’une approche intégrée et d’un système intégré de gestion d’immeuble permet de faire interagir de manière optimale toutes les mesures d’économies d’énergie pour tirer le meilleur parti des investissements consentis. La collaboration mutuelle de tous les intervenants assure qu’aucun élément n’est perdu de vue et réduit au maximum les doubles efforts et les doubles emplois.

 

À lire aussi