4 questions sur l’électricité pour chaque responsable RH ou Santé & Sécurité

Il ne se passe pas de jour sans que survienne un accident électrique, aux conséquences parfois graves, voire fatales. Qui est alors responsable ? Servez-vous de cette aide-mémoire pour garantir la sécurité de votre équipe.

29/05/2019 -
Damien G.
Marketing expert Reliable installations

 

 

Question 1. Quels sont les collaborateurs dont les activités sont en lien avec l’électricité ?

Simple, penserez-vous : je connais les électriciens qui travaillent dans mon entreprise. Mais détrompez-vous : il ne s’agit pas seulement des membres de votre personnel qui effectuent des travaux électriques. Vous êtes également responsable de tout collaborateur, interne ou externe, qui « effectue des activités lors desquelles un risque électrique est présent », qu’il s’agisse d’activités d’entretien, de transformation, de réparation, d’exploitation ou de contrôle. Ne perdez donc pas de vue l’entreprise de gardiennage, l’équipe de nettoyage ou d’autres fournisseurs externes !

Question 2. Ont-ils tous reçu une formation adéquate ?

Une question sans doute un peu plus difficile. Pourtant, vous êtes tenu d’y répondre, car vous devez être en mesure d’évaluer correctement les compétences de vos collaborateurs, puis veiller à ce qu’ils s’approprient le niveau de connaissances voulu, par l’expérience ou une formation, de sorte que vous sachiez précisément qui est capable et autorisé à effectuer telle ou telle tâche à proximité de quelles installations électriques.

Question 3. Disposent-ils d’une déclaration de compétence en ordre ?

Vous avez fait suivre une formation BA4 ou BA5 à vos collaborateurs pour une mise à niveau. Bien, mais votre travail à vous n’en est pas terminé pour autant. En tant qu’employeur, vous avez également l’obligation de rédiger leurs déclarations de compétence (RGEI, article 47). Vous devrez y mentionner clairement le type d’activités et le type d’installations auxquelles la déclaration s’applique et quelle est la responsabilité de l’employeur. Cette attestation est strictement personnelle, elle tient compte de l’expérience du travailleur concerné et mentionne une durée de validité déterminée par vous. En d’autres termes, vous devez être en mesure d’évaluer correctement quand le travailleur en question doit remettre ses connaissances à niveau. Nous vous mettons sur la voie avec une check-list pratique sur la sécurité électrique.  Vous pourrez ainsi commencer par contrôler toutes les attestations dans votre entreprise, planifier des formations et convenir de consignes adéquates avec toutes les personnes concernées.

Question 4. Ont-ils besoin d’un « rappel de cuti », d’une mise à niveau ou d’un entraînement pratique ?

Tout un chacun pourra le confirmer : il ne suffit pas d’avoir appris quelque chose pour pouvoir le mettre en pratique.  Et ce n’est pas parce que nous avons appris une matière hier que nous la connaitrons encore demain. Nous retenons d’autant mieux que nous multiplions les exercices pratiques et répétons notre entraînement. En tant que responsable RH, il est donc utile de tenir un registre clair de tous les collaborateurs, en indiquant qui doit encore apprendre à mettre en pratique quelles connaissances, et qui a besoin d’une mise à jour. Ce faisant, n’oubliez pas les « vieux de la vieille ». Les études ont montré que la routine peut conduire à des situations dangereuses dans l’entreprise. Sécurité, sécurité, quand tu nous tiens… Les dangers de la routine

 

À lire aussi