L’angoisse de l’autonomie : une crainte injustifiée quand on roule électrique

La mobilité électrique souffre d’une série de préjugés, dont l’un des plus tenaces est « l’angoisse de l’autonomie », ou « range anxiety » en anglais : l’autonomie de la voiture électrique serait insuffisante pour nos besoins. Pourtant, la crainte de ne pas pouvoir arriver à destination n’est absolument plus de saison.

17/09/2020 -
Isabelle V.
Communications expert - renewable, energy efficiency, green mobility

Pourquoi l’angoisse de l’autonomie n’est plus de saison

L’« angoisse de l’autonomie » est née avec la première génération de voitures électriques. Batterie chargée, elles parcouraient moins de 100 kilomètres, et les bornes de recharge accessibles au public se comptaient sur les doigts d’une main.

Cette situation a aujourd’hui bien changé. Le rayon d’action des dernières voitures électriques est de 300 kilomètres ou plus. Plusieurs modèles font sans problème des trajets de 350 kilomètres d’une traite, et sur l’électrique la plus performante du jour, une charge permet de rouler plus de 600 kilomètres.

La plupart des Belges parcourent moins de 40 kilomètres par jour

Pour 87 % de nos déplacements motorisés, une autonomie réelle de moins de 200 kilomètres suffit amplement, comme l’a calculé une étude américaine du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

C’est également le cas pour la Belgique : l’enquête annuelle menée par une entreprise RH bien connue auprès de 2 500 salariés dans notre pays le prouve clairement.

En 2019, deux tiers des Belges parcouraient moins de 40 km par jour pour leurs déplacements domicile-travail, aller-retour.

Une motorisation électrique convient donc parfaitement pour se rendre tous les jours au travail et rentrer chez soi.

Longs trajets : case cochée !

Contrairement à ce que pensent certains, les trajets plus longs ne posent pas problème. Ni les sorties du week-end : à partir d’un point central du pays, une charge de batterie suffit généralement pour atteindre votre destination finale à la côte ou dans les Ardennes.

Et quant aux vacances dans un pays voisin : il faut savoir que l’Europe est déjà équipée de plus de 100 000 bornes de charge publiques, dont un grand nombre est installé chez nos voisins immédiats. Ainsi, même les conducteurs les plus aventureux courent peu de risque de devoir ranger leur électrique, batterie vide, le long de la route au milieu de nulle part.

Pourquoi l’angoisse de l’autonomie, c’est surtout dans la tête

Aujourd’hui, l’angoisse de l’autonomie est donc surtout un phénomène psychologique. Si vous optez pour une voiture dont l’autonomie est supérieure à 300 kilomètres, vous pouvez définitivement dire adieu à vos craintes.

Pour déterminer l’autonomie d’un véhicule, on utilise une méthode appelée Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure (WLTP).

Son résultat est une bonne indication, mais le WLTP reste un « test de laboratoire » qui ne reflète pas le tout de la pratique. L’autonomie de votre voiture pourra être plus ou moins grande en fonction de votre vitesse moyenne, votre style de conduite, les encombrements sur la route et la température extérieure (climatisation / chauffage).

Outre la capacité de la batterie, la taille, le poids et l’aérodynamique de la voiture sont d’autres facteurs qui déterminent l’autonomie de votre voiture. Un modèle aérodynamique fendra mieux l’air et pourra, à charge égale, aller un peu plus loin qu’un modèle aux lignes plus carrées.

Pour vous débarrasser une fois pour toutes de l’angoisse de l’autonomie

Le progrès technique vous permet aujourd’hui de trouver partout un point de charge près de votre destination : chez vous, au travail ou dans des stations de charge publiques.

La plupart des voitures électriques disposent d’une application intégrée au système de navigation, qui vous donne immédiatement un aperçu des points de chargement près d’où vous êtes. Mais il existe aussi toute une série d’applis pratiques que vous pouvez télécharger sur votre smartphone. Un exemple : l’application Driver de Numobi: qui vous guide, à l’aide d’un moteur de recherche rapide et d'une carte claire liée à Waze(*) vers la borne de recharge la plus proche. Vous pouvez, le cas échéant, sélectionner différents types de bornes de recharge, comme la « recharge rapide ». Pour chaque borne de recharge, l’application indique en temps réel la disponibilité, la puissance de recharge maximale (kW) et d’autres informations de recharge utiles.

Si vous vous branchez sur une borne dès que vous êtes arrivé à destination, vous pourrez toujours repartir batterie chargée. Au contraire, si vous roulez au diesel, vous n’irez à la station-service que lorsque la jauge de carburant vous l’indique. Considérez que charger votre voiture, c’est comme charger votre smartphone : on le fait tous les jours.

Toujours partir dans les meilleures conditions : c’est ainsi qu’un défaut présumé de la voiture électrique s’avère au fond un avantage intéressant. L’angoisse de l’autonomie en roulant électrique ? Pas pour vous.

(*) une application populaire d’informations sur le trafic et de navigation qui permet d'éviter les embouteillages et de gagner du temps.

Vous souhaitez recevoir par email des informations concernant les solutions relatives à la mobilité verte, aux véhicules électriques ou au gaz naturel? Inscrivez-vous ici