Vos employés gèrent-ils leurs déplacements de manière intelligente ?

Si nos villes deviennent plus intelligentes, notre mobilité aussi ! Nous n’avons pas le choix si nous voulons répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés.

17/09/2019 -
Isabelle V.
Communications expert - renewable, energy efficiency, green mobility

Des défis qui ne doivent pas être sous-estimés…

Défi n°1 : faire face à l’augmentation du trafic

La Belgique figure parmi les pays les plus urbanisés au monde. Le nombre d’habitants dans nos villes devrait augmenter de 30%. Cette évolution aura inévitablement un impact sur la mobilité urbaine. Selon le Bureau fédéral du plan, la demande de transport de voyageurs devrait croître de 11% d’ici 2030. Si la politique de mobilité n’évolue pas et si nous ne changeons pas nos comportements, la voiture restera le moyen de transport principal pour 82% de l’ensemble des kilomètres parcourus dans notre pays. Or le nombre de victimes de la route reste élevé : plus de 100 par jour. Les cyclistes et les piétons sont particulièrement vulnérables.

Défi n°2 : révolutionner le transport de marchandises

Toujours selon le Bureau fédéral du plan, le nombre de tonnes-kilomètres augmentera de 44% d’ici 2030. Les camions et les camionnettes continueront d’assurer 70% du transport des marchandises. Conséquence : toujours plus d’embouteillages, y compris en dehors des heures de pointe. La saturation des autoroutes aura également un impact sur le réseau secondaire qui progressivement est de plus en plus congestionné. L’impact économique est considérable.

Défi n°3 : juguler la pollution

L’augmentation du trafic entraîne inévitablement une aggravation de la pollution de l’air. En Flandre, les concentrations élevées de particules fines, d’ozone, d’azote et de dioxyde de soufre posent problème. À Bruxelles, les rejets de «noir de carbone» sont trop importants. Seule la Wallonie n’enregistre pas de dépassement des normes.

Quelles solutions pour relever ces 3 défis ?

La technologie joue et jouera un rôle majeur dans la résolution de nos problèmes de mobilité. Des véhicules autonomes, des services intelligents, des applications qui nous montrent le chemin, des capteurs qui surveillent le trafic, des caméras, des drones… Tous ces outils numériques engrangent des données qui peuvent être utilisées pour guider notre mobilité vers une nouvelle ère. Avec un objectif ultime : favoriser la multimodalité. Bref, combiner plusieurs moyens de transport de manière intelligente pour permettre aux usagers d’atteindre leur destination le plus rapidement possible, à moindre coût tout en respectant le plus possible l’environnement.

L’intelligence artificielle deviendra aussi le maître mot en matière de mobilité intelligente. Les véhicules autonomes, par exemple, éliminent le risque d’erreurs humaines et assurent un flux de circulation plus efficace. Parmi les autres applications déjà utilisées dans plusieurs villes intelligentes qui s’inscrivent dans la transition énergétique, citons les feux de circulation et l’éclairage public intelligents. Ou ces quelques initiatives :

Le Smart Mobility Planner (SMOP)

Ce planificateur de mobilité intelligent permet de calculer son itinéraire en temps réel. Pour l’instant, le Smart Mobility Planner est encore en phase de test (auquel vous pouvez participer), mais c’est une première en Belgique. Les différentes sociétés de transport public (De Lijn, STIB, TEC, SNCB) ont uni leurs forces pour proposer à leurs clients un environnement web unique afin de planifier leurs voyages.

Les véhicules partagés

Selon nos études, une majorité de véhicules restent immobiles la plupart du temps : jusqu’à 95% de la journée ! Pas étonnant que les voitures partagées gagnent en popularité. Grâce à la technologie numérique, le partage des voitures, mais aussi des vélos et d’autres moyens de transport devient de plus en plus facile. Pas seulement pour les particuliers, aussi pour les entreprises !

Ainsi, des entreprises mettent des voitures de leur flotte à disposition de leurs clients qui les paient au kilomètre ou à la minute. Après avoir été utilisé, le véhicule est stationné à un endroit fixe ou dans un certain rayon autour d’un point. Pour les particuliers, il existe des possibilités telles que Blablacar, qui propose une sorte de « covoiturage » ou des voyages contre paiement. D’autres exemples ? Caramigo.be, Degage.be, tapazz.be, et, oh oui, vous pouvez même vous asseoir dans une battmobile électrique avec battmobiel.be !

Plus de homeworking et de coworking

De plus en plus de personnes choisissent d’éviter tout déplacement inutile. Elles travaillent certains jours à la maison ou se rendent dans un lieu de travail partagé (coworking) pour éviter les embouteillages.

Les observateurs de tendance prévoient l’émergence d’un plus grand nombre de pools de mobilité dans le futur. De véritables hotspots où travail, habitation, shopping, détente et surtout mobilité se rencontrent.

Les abonnements mobilités

La mobilité devient de plus en plus un service, comme en témoignent les nombreux fournisseurs qui émergent. Il s’agit souvent d’apps avec une formule d’abonnement qui, pour un prix fixe, permet une utilisation illimitée de différents moyens de transport. De Lijn, la SNCB, les compagnies de taxis, de voitures et vélos partagés, ont déjà pris part à de tels projets.

Charger son véhicule électrique plus intelligemment

Aujourd’hui, la voiture électrique est de plus en plus présente sur nos routes, tout comme les utilitaires électriques par ailleurs. Et ici aussi, des applications facilitent la vie des conducteurs pour trouver rapidement un point de charge à proximité, charger le plus intelligemment et rapidement possible. Des exemples ? Smappee et Jedlix, qui vous aident à charger aux moments les plus optimaux et à faire des économies.

 

Conclusion

Serons-nous les victimes de notre immobilisme ? Voulons-nous résolument aller de l’avant vers un avenir meilleur ? La réponse à ces questions dépendra de plusieurs facteurs mais, avant tout, de nous-mêmes. Les technologies intelligentes nous aident à faire de meilleurs choix. Et il ne fait aucun doute que nous devrons faire des choix. Et si l’on commençait par (re)penser le plan de mobilité de nos entreprises ? Nous sommes sûr que vous êtes partant pour relever ce défi !

À lire aussi