Le tarif prosumer en Wallonie reporté au 1er octobre 2020

Le tarif prosommateur sur les panneaux photovoltaïques en Wallonie devait entrer en vigueur le 1er mai 2020. Suite à la crise du coronavirus, la CWAPE a finalement donné son accord pour le reporter au 1er octobre 2020.

14/05/2020 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

Petit rappel : le tarif prosommateur est une redevance annuelle forfaitaire, pas une taxe. Il est payé par les prosumers, c’est-à-dire les propriétaires de panneaux solaires mais aussi d’éolienne domestique, d’installation hydraulique et de cogénération. Bref, tous ceux qui sont à la fois producteurs et consommateurs d’électricité. Et ce afin qu’ils participent financièrement à l’utilisation réelle du réseau.

Instauré en Flandre en 2015, le tarif prosumer en Wallonie devait à l’origine être effectif le 1er janvier 2020. Il avait toutefois été reporté au 1er mai suite à des différences de vue entre le gouvernement wallon et la CWaPE, le régulateur du marché du gaz et de l’électricité en Wallonie. La crise du Covid-19 a, à son tour, reporté sa mise en application. Finalement, la CWaPE a annoncé officiellement (arrêté du Gouvernement wallon du 7/05/20) qu’il entrerait en vigueur le 1er octobre 2020. Et qu’elle « s’assurera de sa bonne application ».

 

Un gel des tarifs jusqu’au 1er octobre

 

Le Ministre wallon de l’Énergie Philippe Henry et la CWaPE se sont mis d’accord, lors du premier report en janvier de l’entrée en vigueur du tarif prosommateur, sur un gel des tarifs pour les clients concernés par le tarif prosumer.

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? Que les fournisseurs d’énergie peuvent établir la facture de décompte annuel ou de clôture pour ces clients mais ils ne peuvent pas y inclure le tarif prosumer qu’ils sont censés acquitter à partir de 2020. Et cela jusqu’à la date de son entrée en vigueur officielle.

Comment sera appliquée la redevance photovoltaïque ?

Le 1er octobre, les gestionnaires de réseau appliqueront les tarifs pour la période 2020-2023, tels que calculés selon la méthodologie tarifaire adoptée en juillet 2017. Concrètement ?

Les propriétaires d’installations photovoltaïques ont le choix entre 2 formes de tarif prosommateur :

> un tarif forfaitaire sur base capacitaire. Il s’agit d’une somme calculée en fonction de la puissance électrique de l’installation photovoltaïque, c’est-à-dire la puissance maximum de l’onduleur. Elle s’exprime en €/kWe. C’était la formule choisie en 2015 par la Flandre.

> un tarif proportionnel. Ici, le montant du tarif prosommateur est déterminé par le volume d’électricité prélevé sur le réseau par le prosumer. Il est exprimé en €/kWh. Jusqu’en 2023, la CWaPE a décidé d’offrir une garantie à ceux qui optent pour ce tarif proportionnel et font le choix d’essayer d’autoconsommer plus (d’utiliser davantage l’électricité produite plutôt que l’injecter sur le réseau) : il ne pourra pas être supérieur à la somme que le prosumer payerait s’il avait choisi le tarif capacitaire (mais elle peut être inférieure s’il autoconsomme un maximum). Mais attention : pour pouvoir calculer ce tarif proportionnel, il est nécessaire d’installer un « compteur réseau » (bidirectionnel) capable de mesurer séparément le prélèvement et l’injection. Coût : environ 185 € (htva) en 2020.

Bon à savoir : si le prosumer ne choisit pas l’un ou l’autre tarif, ce sera le tarif capacitaire qui lui sera appliqué. S’il possède un compteur double flux ou un compteur intelligent, il ne pourra pas choisir le tarif capacitaire.

Quel sera le montant du tarif prosommateur en Wallonie ?

Selon le gestionnaire de réseau (GRD), le tarif prosommateur sera différent. Il faudra compter entre 234€ et 346€ par an pour une installation de 3,5 kWe.

La CWaPE a publié le tableau suivant :

Après 2023, on passe à la période régulatoire suivante. Les gestionnaires de réseaux devront soumettre leurs nouveaux tarifs à la CWaPE qui les validera ou pas.

Quid du tarif proportionnel ? Dans ce cas, les tarifs de prélèvement d’électricité sur le réseau de distribution et les tarifs de refacturation des charges d’utilisation du réseau de transport seront appliqués aux prélèvements bruts mesurés. Pour connaître ces tarifs selon le GRD, la CWaPE propose un outil.

Des aides compensatoires possibles ?

Les propriétaires de panneaux solaires devraient donc voir leur facture d’électricité s’alourdir à l’automne. Des mesures compensatoires pourraient néanmoins être envisagées pour les prosumers. On parle notamment de la prise en charge des frais d’installation de leur compteur intelligent et d’une prime (+/- 400€) pour l’acquisition de systèmes pour mieux gérer sa consommation.

Un nouveau système de rachat de l’électricité produite en surplus par les panneaux et qui n’est pas autoconsommée en direct et est réinjectée sur le réseau pourrait également être prévue. Tout ceci reste au conditionnel tant que le gouvernement wallon et la CWAPE n’ont pas signé d’accord officiel.

Quoi qu’il en soit, autoconsommer davantage reste la meilleure chose. Pour cela, 3 petits conseils :

1. consommer davantage l’énergie que vous produisez au moment où vous la produisez ;
2. programmer vos appareils gourmands en électricité pour qu’ils fonctionnent durant les heures d’ensoleillement et donc quand vos panneaux fonctionnent ;
3. investir dans une batterie domestique, comme la Tesla Powerwall, pour stocker l’énergie produite et l’utiliser quand vous le souhaitez.

Vous n’avez pas encore de panneaux solaires ? Avec l’arrivée du tarif prosumer vous hésitez à en placer ? Bien que les aides et primes ont diminué voire disparu, installer des panneaux solaires vaut le coup. Regardez quelle est la rentabilité des panneaux solaires en Wallonie et calculez la rentabilité de votre future installation en quelques clics grâce à notre outil de simulation.

À lire aussi