Faut-il craquer pour un climatiseur cet été ?

Un airco pour avoir moins chaud l’été dans la maison ? Il y a les pour et les contre. Avant de prendre position, on vous propose de faire le point sur les modèles, leur consommation et certaines idées reçues autour de l’air conditionné. Sans oublier quelques conseils.

01/07/2020 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

La climatisation n’a pas toujours bonne réputation. On lui reproche d’être une source de pollution, de consommer beaucoup d’électricité, d’être bruyante, de provoquer rhumes et allergies. Reste que lorsque les épisodes de canicule se répètent ou qu’on a du mal à dormir avec la chaleur, un peu d’air frais ferait du bien… Vous informer sur l’air conditionné avant d’acheter (ou pas), c’est donc le bon réflexe !

Quelle solution de climatisation pour la maison ?

Quand on pense à climatiseur, on pense tout de suite à l’appareil électrique qui transforme l’air chaud en air frais. Mais derrière le mot « climatisation » se cachent en réalité plusieurs technologies ou techniques que nous allons vous détailler.

Toutefois, avant d’opter pour un système d’air conditionné, quelques gestes peuvent être entrepris pour prévenir l’accumulation de chaleur et éviter que votre habitation ne chauffe trop.

Prévenir la chaleur avant de la guérir…

D’abord, pensez à bien ventiler les pièces de la maison. De façon naturelle ou mécanique. L’été, on conseille d’aérer entre 21h et 10h lorsque l’air est plus frais. Évitez par contre de le faire entre 11h et 17h. Vous trouverez plus de conseils dans notre article « Aérer sa maison en toute saison : pourquoi, comment, quand ? ».

Pour empêcher la chaleur d’entrer dans votre intérieur, installez une protection solaire. Elle peut prendre diverses formes : des volets extérieurs, des pare-soleil, des tentures, des stores occultants…

Améliorer l’isolation de la maison est un autre bon geste de prévention. En effet, si isoler empêche la chaleur de s’échapper de l’habitation en hiver, elle assure aussi une bonne protection contre la chaleur durant l’été. L’idéal ? Bien isoler la toiture en priorité !Et pour encore plus de résultat : isoler les murs par l’extérieur ou procéder à l’isolation des murs creux.

Enfin, ici vous trouverez d’autres gestes simples pour garder sa maison au frais tout l’été.

L’airco mobile

Appareils monobloc portables, ils ont l’avantage de pouvoir être déplacés d’une pièce à l’autre. Par contre, ils sont assez bruyants. Pour être efficaces, leur tuyau d’évacuation de l’air chaud doit être relié à l’extérieur. Plusieurs options s’offrent à vous. La première, ouvrir une porte ou une fenêtre par laquelle, inévitablement, rentrera de l’air chaud. Conséquence : une surconsommation de l’appareil. Deuxième solution : choisir un appareil doté d’un kit permettant de placer le tuyau d’évacuation dans l’entrebâillement d’une fenêtre de sorte à ce que l’air chaud ne pénètre pas à l’intérieur. Troisième possibilité, réaliser des trous soit dans les murs soit dans les portes extérieures (à la manière d'une chatière) afin d'évacuer l'air chaud.

La climatisation fixe

Il s’agit ici d’un appareil mural intérieur doté également d’une unité extérieure indépendante. On parle de « climatiseur bibloc » ou de « split-unit ». L’unité intérieure (ventilateur) déplace l’air dans la maison ; l’unité extérieure (compresseur) refroidit l’air et prend en charge la condensation. Il est capable de rafraîchir un plus grand espace qu’un appareil mobile (2 pièces au lieu d’une) et est aussi plus silencieux. Certains modèles sont réversibles, ils permettent de se chauffer l’hiver. Ils fonctionnent en pompe à chaleur et sont très efficaces.

Viennent ensuite les solutions plus coûteuses, à envisager si vous prévoyez des travaux de rénovation :

La pompe à chaleur

Une pompe à chaleur (PAC) produit de la chaleur à partir d’une source d’énergie renouvelable qui peut être le sol, l’eau ou l’air. En réalité, toute climatisation est une PAC. L’airco fixe dont nous vous parlions ci-dessus est en réalité une pompe à chaleur air/air fonctionnant en climatisation. Certains modèles de PAC (que l’on place à l’intérieur ou l’extérieur de la maison comme système de chauffage) sont réversibles et sont aussi utilisés comme solution de climatisation verte pour l’environnement.

La climatisation solaire

Il s’agit en réalité d’une pompe à chaleur réversible couplée à des panneaux solaires. Ces derniers alimentent la PAC en électricité, ce qui permet des économies d’énergie supplémentaires et de réduire encore l’impact environnemental.

Le puits canadien

Procédé géothermique, le puits canadien utilise la température du sol. L’air circule dans un tuyau enterré à +/- 2 m de profondeur grâce à un ventilateur. Plus chaud en hiver, il réchauffe l’air de la maison. Plus froid en été, il le rafraîchit.

Comment choisir un bon climatiseur ?

Le critère principal pour choisir votre système de climatisation est de savoir quel volume de votre habitation vous voulez rafraîchir. Une pièce, plusieurs, toute la maison ? Ce volume déterminera non seulement le type de climatisation le plus approprié (parmi les différentes solutions évoquées ci-dessus) mais aussi la puissance de l’appareil si vous optez pour un airco mobile ou fixe, par exemple. Et cette puissance déterminera la quantité d’énergie consommée par l’appareil…

Parmi les autres critères à tenir en compte, pensez au bruit. Même si les fabricants ont fait beaucoup d’efforts en la matière – certains modèles ont même un mode « silence » – quelques-uns restent malgré tout bruyants. Surtout parmi les modèles mobiles.

Quant au prix, il peut être un critère d’achat. Mais en matière de climatiseurs, attention. Les moins chers sont rarement les plus efficaces et les moins énergivores…

Enfin, tenez compte du niveau d’isolation de votre maison. Il est plus facile de refroidir une maison bien isolée qu'une passoire thermique. Un appareil de climatisation devant refroidir une maison mal isolée devra être plus puissant et donc consommera plus.

Combien d’énergie consomme un système de climatisation ?

De nouveau, tout dépendra du système choisi et de sa durée de fonctionnement. Mais un climatiseur est un appareil électrique énergivore, même si les technologies ont évolué. Mieux vaut donc être attentif pour éviter une surprise sur la facture annuelle d’électricité.

Plusieurs facteurs influencent la consommation électrique d’un airco :

  • la classe énergétique. Les appareils doivent être pourvus d’une étiquette énergétique. Celle-ci vous indiquera la classe énergétique (A+++ à D ; les classe E, F et G ont été interdits) ;
  • la puissance électrique ;
  • la durée de fonctionnement de l’appareil ;
  • la réversibilité du système (chauffage l’hiver/airco l’été).

On peut comparer la consommation d’une climatisation à celle de 2 sèche-linge qui tournent en même temps.

Nous avons calculé que si on fait tourner sa clim’ par exemple pendant 12h chaque jour pendant la période des 45 jours chauds de l’année, il en coûte en moyenne +/-135€ avec un climatiseur mobile (dont la puissance est de 1000 Watts) et +/-270€ pour une installation d’air conditionné fixe (par exemple pour un appareil de 2000 Watts avec 2 unités intérieures consommant 2kWh en une heure à plein régime). Ce dernier rafraîchira cependant un espace plus grand.

Les systèmes d’airco polluent-ils ?

Oui et non. Certains gaz réfrigérants polluants ont été remplacés par d’autres moins toxiques. Réduisant ainsi l’impact sur l’effet de serre. Certains fluides sont même totalement inoffensifs pour la couche d’ozone. Reste que les appareils nécessitent pas mal d’énergie pour refroidir l’air. La solution la plus verte est d’opter pour les systèmes de pompe à chaleur, climatisation solaire et puits canadien davantage en accord avec une démarche qui tend vers la neutralité carbone.

Combien coûte un airco ?

Le prix pour installer une climatisation peut être très variable.

  • Les airco mobiles sont les moins chers. Comptez 200€ à 600 €.
  • Les appareils fixes peuvent facilement coûter 3000 €, installation comprise (350 à 400€ pour l’unité intérieure, 1800 à 2000€ pour l’unité extérieure + le placement). Test-Achats a réalisé un comparatif de plusieurs appareils.
  • Une pompe à chaleur peut coûter entre 5000 et 20 000 €. Pour la climatisation solaire il faudra ajouter le prix des panneaux, environs 5000 € pour une installation moyenne de 14 unités.

Si vous ne voulez pas ajouter cette consommation à votre facture, vous pouvez toujours vous rabattre sur un simple ventilateur. Il ne consomme que 0,1 kW. ;-)