Le chauffage par le sol

Le chauffage par le sol est aujourd’hui plébiscité pour ses vertus énergétiques, économiques et écologiques. Mais savez-vous qu’il permet aussi de refroidir la maison ? N’aurait-il que des atouts ? Quels sont vraiment ses avantages et inconvénients ?

02/09/2020 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

Le chauffage par le sol (aussi parfois appelé « plancher chauffant ») est aujourd’hui placé dans beaucoup de constructions neuves mais aussi lors de grosses rénovations. Notamment, lorsqu’il est couplé à une pompe à chaleur, parce qu’il répond aux normes « quasi neutre en énergie » grâce à son système de fonctionnement à basse température qui le rend économe en énergie. Est-ce pour autant le système de chauffage idéal ? Pour vous aider à vous faire une opinion, on fait pour vous le tour de la question…

Comment fonctionne un chauffage par le sol ?

Il existe 2 « familles » de chauffage par le sol :

1. Le chauffage par le sol hydraulique

C’est le plus courant. Relié au système de chauffage central (à la chaudière), il est doté d’un réseau de tuyaux dans lesquels circule l’eau chaude.

Ces tubes peuvent être intégrés de 3 façons :

> « au mouillé » : ils sont noyés dans la chape de béton ;

> « demi-sec » : ils sont posés sur un isolant rainuré et recouverts d’un treillis de protection puis d’une chape ;

> « à sec » : ils sont installés dans un isolant préformé. Au-dessus et en dessous sont placés des profilés métalliques. Le tout est recouvert d’une plaque d’acier sur laquelle peut être directement déposé le revêtement de sol (pas besoin de chape).

Pourquoi isoler un sol équipé d’un système de chauffage ? Afin d’éviter les pertes énergétiques et de garantir à 100% une diffusion uniforme et régulière de la chaleur dans toute la/les pièce(s).

Bon à savoir : les pompes à chaleur dont l’une des composantes est l’eau (eau-eau, air-eau, sol-eau) sont compatibles avec un système de chauffage par le sol hydraulique. Dans les nouvelles constructions, cette combinaison est même idéale.

Attention : avant la mise en service, veillez à ce que l’installateur ait fait circuler de l’eau dans les tuyaux pour s’assurer de leur étanchéité et éviter tout risque de fuite.

2. Le chauffage par le sol électrique

Ici, pas de tuyaux d’eau ni de raccordement à la chaudière. Le chauffage par le sol électrique basse température génère lui-même la chaleur une fois connecté au réseau électrique. On peut donc plus facilement le poser soi-même. Il se présente sous la forme d’un « tapis » de faible épaisseur dans lequel sont incorporés les éléments de chauffage. Le système se place juste en dessous du revêtement de sol. Il est moins économique (à l’usage, pas au placement) et écologique que son « cousin » hydraulique. Et sa chaleur est moins uniforme et agréable. Le chauffage électrique est aujourd'hui fortement pénalisé par la réglementation en matière de performance énergétique. Il est donc peu recommandé en Belgique.

À côté de ces deux systèmes, il existe également ce que l’on appelle des « pompes à chaleur à détente directe dans le sol ». Ici, plutôt que de l’eau, c’est du gaz frigorifique qui circule dans les tuyaux. Ce type d’installation est toutefois peu courant.

La version électrique étant beaucoup moins répandue, cet article sera essentiellement consacré au chauffage par le sol hydraulique.

Quelle chaudière choisir avec un système de chauffage par le sol ?

Un chauffage par le sol hydraulique peut être connecté à n’importe quel système de chauffage : une chaudière à condensation au gaz ou au mazout, avec une pompe à chaleur (mais uniquement celles avec une composante eau, pas les air-air) et même une chaudière à pellets, une chaudière hybride ou une installation solaire !

Notre avis ? La chaudière à condensation au gaz offre un excellent rendement, un prix abordable (à partir de 4500€), et peu d’émissions de CO2. Bref, l’un des meilleurs rapports qualité, prix, environnement.

Comment bien régler son chauffage par le sol ?

Le chauffage par le sol fonctionne obligatoirement à basse température. Cela signifie que la température de l’eau circulant dans le réseau de tuyaux doit être inférieure à 50°C ; on conseille 40 à 45°C. La température maximale du sol, elle, ne sera jamais supérieure à 29°C. Vous ne vous brûlerez donc pas les pieds ;-).

Le chauffage par le sol est confronté à un problème d’inertie, c’est son principal inconvénient. Il faut du temps pour que la dalle chauffe ; souvent plusieurs heures. Contrairement aux radiateurs où il suffit de tourner la vanne thermostatique pour que la température s’adapte en une vingtaine de minutes. C’est pourquoi il faut équiper le chauffage par le sol d’un système de régulation afin de gérer plus efficacement son temps de réaction.

Chauffage par le sol + collecteur + système de régulation = trio gagnant

Si l’on schématise, on peut dire que le collecteur est l’endroit où sont centralisés tous les robinets des différents circuits de chauffage par le sol qui alimentent chaque pièce. Il est souvent caché dans une armoire servant de local technique. Conséquence, on pense rarement à régler son chauffage par le sol au niveau du collecteur. Quelle que soit la saison, on adopte le même réglage.

Installer un système de régulation (thermostat, servomoteurs, sonde extérieure…) peut pallier le problème. Celui-ci tiendra compte du réchauffement/refroidissement naturel de la pièce. Ce qui permettra de réduire l’inertie du système et permettra l’adaptation automatique du chauffage selon vos programmations.

Des mitigeurs thermostatiques existent aussi aujourd’hui. Ils permettent de prérégler la température dans les tuyaux, quelle que soit la température extérieure.

Bon à savoir : il est tout à fait possible de combiner chauffage au sol (pour les endroits de vie : salon, salle à manger, cuisine…) et chauffage au moyen de radiateurs ou convecteurs basse température pour les pièces qui ne doivent pas être chauffées en permanence, comme les chambres ou la salle de bains. Il faut alors prévoir un double circuit de chauffage. La régulation de ce chauffage est complexe et se fait via des vannes motorisées au niveau du collecteur.

Combien de temps faut-il pour que le chauffage par le sol atteigne la température demandée ?

Sans un bon système de régulation, cela peut prendre une demi-journée voire carrément une journée complète si vous voulez passer de 15°C à 20°C, par exemple après une absence de plusieurs jours. C’est valable aussi si vous souhaitez diminuer la température. Le système continuera à chauffer plusieurs heures après avoir diminué la température.

Peut-on éteindre un chauffage par le sol ?

C’est déconseillé. Pour les raisons d’inertie évoquées ci-dessus. Mieux vaut baisser la température, mais jamais sous les 12-15°C. Même si vous vous absentez plusieurs jours. Vous pouvez toutefois le mettre en position hors gel. Mais il faudra une journée (voire un peu plus) pour repasser à 20°C !

Et pour la nuit ? Baissez de maximum 2 à 3°C la température par rapport à votre température de confort de journée.

Le chauffage au sol dans une chambre, oui ou non ?

Une chambre ne doit pas être chauffée en permanence. Et jamais à plus de 17-18°C, même l’hiver. C’est pourquoi on privilégiera plutôt un système de chauffage avec radiateur dans cette pièce de la maison. Combinable avec un système par le sol comme expliqué plus haut.

Peut-on faire des économies grâce au chauffage par le sol ?

La réponse est clairement oui ! Sa faible température influence positivement le rendement de votre chaudière ou la performance de votre pompe à chaleur. De plus, pour une même chaleur ressentie, il faudra moins réchauffer l’espace (+/- 2°C) avec un chauffage par le sol qu’avec un système avec des radiateurs. En effet, une surface « chaude » rayonne et on atteint un sentiment de confort avec une température d’air plus faible. L’économie peut s’élever à environ 14% sur la facture d’énergie (réduire la température d’1°C permet d’économiser 7% de combustible).

Chauffage et refroidissement par le sol, est-ce compatible ?

Il est possible de refroidir sa maison l’été grâce à son système de chauffage par le sol. Il sera alors généralement combiné à une pompe à chaleur réversible. Plutôt que de faire passer de l’eau chaude dans le réseau de tuyaux, on y fait circuler de l’eau à 18°C, ce que l’on appelle la « température de rosée ». On évitera une température plus basse, sinon de la condensation se formera sur le sol.

Bon à savoir : cette technique dite de « refroidissement à haute température » n’est toutefois pas aussi rapide qu’une climatisation classique mais elle est moins brutale et plus « naturelle ».

Tous les revêtements de sol sont-ils compatibles ?

Tout va dépendre de la résistance thermique du revêtement. Plus elle est faible, mieux il conduira la chaleur. Quels sont dès lors les bons et les mauvais matériaux ?

Les revêtements adaptés au chauffage par le sol

  • Le carrelage
  • Le linoleum, à condition de le choisir mince
  • Le béton (prévoir des joints de dilatation)
  • Le vinyle

Les revêtement déconseillés avec un chauffage par le sol

  • Le bois (certaines essences, notamment tropicales, sont toutefois adaptées mais l’épaisseur du parquet ne doit pas excéder 18 mm)
  • Le liège (comme le bois, il se dilate)
  • La moquette

Quelle est la durée de vie d’un chauffage par le sol ?

En moyenne, un chauffage par le sol a une durée de vie de 50 ans. La plupart des constructeurs offrent une garantie de 10 ans sur les tuyaux. Les risques de fuite sont relativement faibles. La chaudière, elle, devra être remplacée bien avant, en fonction de son état et du rendement constatés lors des contrôles périodiques obligatoires.

Quel est le prix du chauffage par le sol au mètre carré ?

Un chauffage par le sol est plus onéreux qu’une installation classique avec des radiateurs. Il faut compter entre 70 et 100€/m2, TVA et placement compris lors d’une construction. En rénovation, le prix sera plus élevé car davantage de travaux seront nécessaires. Mais comme le rendement du chauffage par le sol est élevé et qu’il consomme moins d’énergie, le retour sur investissement sera au rendez-vous à terme.

Résumé des avantages et inconvénients du chauffage par le sol

Les avantages

  • Chaleur uniforme (chaud au sol, plus frais près du plafond) pour plus de confort
  • Économe en énergie
  • Pas besoin de radiateurs, et donc gain d’espace
  • Système sain, peu de poussière, parfait pour les allergiques
  • Pas de risque de brûlure contrairement aux radiateurs
  • On peut marcher pieds nus sans avoir froid
  • Idéal pour les grands espaces et grandes hauteurs sous plafond
  • Peu d’entretien
  • Combinable avec d’autres systèmes de chauffage

Les inconvénients

  • Plus cher à l’installation qu’un système avec radiateurs (mais plus économique à l’utilisation)
  • Inertie / lenteur
  • Convient surtout aux nouvelles constructions ou grosses rénovations
  • Pas adapté à tous les revêtements de sol
  • Rehausse le sol (attention en cas de rénovation)

Besoin d’un système de chauffage ? Lisez notre guide gratuit Comment choisir son système de chauffage !
 

À lire aussi