Remplacer sa chaudière au mazout par une chaudière au gaz naturel en 3 étapes

Un système de chauffage au gaz naturel est plus économique et plus propre pour l’environnement. Mais comment passer de l’un à l’autre ? Très facilement, Voici nos conseils en 3 étapes.

16/10/2020 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

1. On se raccorde au réseau

Le gaz naturel est-il disponible dans votre rue ? Pour le savoir, interrogez vos voisins, ou pour être plus sûr de l’information, vérifiez avec le gestionnaire de réseau de distribution de votre commune.

Si le raccordement de votre habitation au gaz naturel n’est pas possible, cela ne signera pas la fin de vos espoirs de vous chauffer au gaz : vous pourrez toujours stocker du propane… dans une citerne (enterrée ou aérienne). Mais dans ce cas, ce n’est pas du gaz naturel et cela nécessitera de vous réapprovisionner régulièrement.

Lorsque vous demandez une offre pour votre nouvelle chaudière au gaz, pensez à mentionner tous vos besoins. L’installateur pourra alors prévoir le raccordement au réseau dans son offre, et prendre les contacts avec le gestionnaire de réseau. 

2. On se débarrasse de sa citerne à mazout

La mise hors service définitive d’une citerne à mazout est une mesure légale (les règles varient d’une Région à l’autre). Elle doit être effectuée par un professionnel agréé qui suivra le code des bonnes pratiques et fournira une attestation officielle. L’installateur de votre nouvelle chaudière s’en occupera ou fera appel à une autre société partneaire. Mais dans tous les cas, il s’occupera de vous débarrasser de votre citerne. Il procèdera en 3 phases : 

> vidange, nettoyage, dégazage ;
> évacuation des déchets ;
> évacuation de la cuve (découpée ou pas).

Si la cuve ne peut être évacuée, il faudra procéder à son « inertage » : la boucher, par exemple avec du sable. Pour les cuves d’une capacité supérieure à 10 000 litres ou si une pollution du sol a été découverte, il faudra en outre faire réaliser une reconnaissance de l’état du sol.

Coût de la neutralisation d’une cuve ? Comptez en moyenne 1000 € pour les cuves jusqu’à 3000 litres. Mais le prix peut être divisé par 2 pour une citerne à l’air libre ou doublé pour les versions enterrées selon les travaux à effectuer (découpage, Aassainissement, etc.) Certaines communes octroient une prime (pas les Régions). Renseignez-vous auprès de votre administration communale.

Dernier petit conseil : conservez précieusement les documents qui attestent de la mise hors service de votre citerne.

3. On choisit sa nouvelle chaudière

 

Depuis 2020, la chaudière à condensation est devenue la norme. Moins polluante, elle consomme également jusqu’à 30% de moins que les anciens appareils.

Quelle marque pour sa chaudière ?

Choisissez toujours une marque avec laquelle votre installateur est habitué. Et veillez à ce que la puissance de votre nouvelle chaudière soit adaptée à vos besoins énergétiques. Nous avons passé en revue les marques de chaudières les plus plébiscitées en Belgique. Et pointé les 5 erreurs à ne pas commettre quand on change de chaudière.

Prenez en compte le système de chauffage d’eau sanitaire

Lorsque vous remplacez votre chaudière, n’oubliez pas aussi de tenir compte du système de chauffage de l’eau sanitaire, en fonction de ce dont vous disposez déjà.  Combinez-le peut-être avec votre nouvelle chaudière ?

Les conduits et radiateurs

Les conduits et les radiateurs de votre ancienne installation au mazout peuvent être réutilisés. Par contre, il faudra équiper votre cheminée d’un tubage spécifique pour assurer une bonne évacuation des gaz de combustion.

Besoin d’aide pour remplacer votre chaudière ?

Nous pouvons vous conseiller dans le choix de la technologie et du modèle. Et nous vous proposons un professionnel compétent et fiable qui vous aidera en outre à gérer votre demande de prime pour votre nouvelle chaudière.

Découvrez également le témoignage de Elke qui a remplacé sa chaudière au mazout par du gaz.

À lire aussi