Recharger la batterie de sa voiture électrique avec ses panneaux solaires

Recharger sa voiture électrique avec les panneaux solaires de la maison, c’est déjà rentable. On vous explique tout sur les aspects financiers et techniques de ce duo gagnant.

13/08/2021 -
Isabelle V.
Communications expert - renewable, energy efficiency, green mobility

Pour recharger sa voiture électrique et atteindre l'objectif de zero emission de CO2, le moyen le plus écologique est d’utiliser l’énergie produite par le soleil. Grâce aux panneaux solaires installés sur le toit de sa maison, par exemple. Ou des solutions de carport solaire individuel ou collectif comme celui installé par ENGIE à La maison du futur de Vilvorde,.

Dimensionner son installation solaire pour maximiser l’autoconsommation

Coupler les panneaux photovoltaïques de la maison pour alimenter la voiture électrique est avantageux. 

Pour cela, il faut que le dimensionnement de l’installation solaire de la maison soit pensé, si possible dès le début du projet, en incluant le facteur recharge d’une voiture électrique et surtout que la voiture soit connectée localement quand le soleil brille. «Une famille moyenne avec 2 enfants consomme environ 3500 à 4000 kWh d’électricité par an en Belgique. Une voiture électrique consomme, selon l’usage que l’on en a, l’équivalent de 2000 à 3000 kWh de recharge sur l’année », précise Michaël De Koster.

Comment bien recharger sa voiture électrique ?

Les panneaux solaires produisent leur pic d’énergie à la mi-journée. Or, c’est rarement à ce moment-là que l’on a besoin de recharger sa voiture électrique. Cette recharge s’effectue la plupart du temps le soir et la nuit.

Idéalement, il faut aligner les moments de recharge de la voiture sur la production solaire de la maison. Mais ce n’est pas toujours facile.

Une des solutions serait d’investir dans une batterie domestique pour stocker l’électricité produite la journée, et l’utiliser le soir lors de la recharge. Mais pour l’instant, acheter une batterie est rentable en Flandre uniquement.

Si vous habitez en Wallonie ou à Bruxelles, le plus simple aujourd’hui pour assurer une consommation neutre en carbone à sa voiture électrique, c’est alors de choisir un contrat d’énergie 100% vert chez votre fournisseur, comme le contrat Drive d’ENGIE. L’énergie verte que vous avez produite avec vos panneaux solaires est injectée dans le réseau. Et le réseau vous rend de l’énergie verte quand vous recharger la nuit.

Combien de panneaux solaires pour charger une voiture électrique ?

Pour une consommation électrique moyenne (3500 à 4000 kWh), l’installation comprendra une quinzaine de panneaux solaires pour un coût moyen de l’ordre de 5500 €.

« Prévoir la voiture électrique dans votre installation, cela signifie donc qu’il faudra étendre la surface de production de 50% », note Michaël DeKoster. En effet, votre voiture électrique ne charge pas durant 100% du temps à la maison. Elle peut aussi être rechargée au bureau, sur le parking d’une grande surface quand vous faites vos courses, aux bornes de recharges rapides sur les autoroutes… Comptez donc environ 2500 € de plus pour votre installation solaire domestique.

Quand vous installez des panneaux solaires, anticipez votre consommation sur le long terme. Idéalement sur 20 à 25 ans. Vous n’avez peut-être pas de voiture électrique aujourd’hui mais peut-être ferez-vous cet achat dans 5 ou 10 ans ? Pensez-y. Posez-vous donc les bonnes questions avant d’installer vos panneaux solaires.

En Flandre, avec l’instauration du système avec tarif d’injection début 2021 et, en 2022 du tarif capacitaire, mieux vaut favoriser l’autoconsommation et éviter les pics de consommation sur le réseau. Dès lors, pour charger votre voiture électrique à moindre coût, il s’agira de le faire au maximum entre 11h et 14h, si la quantité à injecter est suffisante, ou alors d’investir dans une batterie domestique. Une autre solution est d’opter pour le tarif Dynamic proposé par ENGIE. Celui-ci suit l’évolution des prix du marché de l’électricité heure par heure et vous permet ainsi de profiter à certaines heures d’un prix plus avantageux que le tarif standard afin limiter vos frais d’énergie. Idéal quand on possède un appareil gourmand en énergie dont on peut planifier l’utilisation, comme une voiture électrique.

En Wallonie, pour l’instant, il est toujours intéressant de produire pour injecter dans le réseau. La période à laquelle vous charger votre voiture est donc moins importante. Mais lorsque le tarif prosumer ne sera plus compensé à 100%, c’est-à-dire en 2022, l’autoconsommation devra être davantage favorisée. Et une batterie domestique pourrait alors devenir avantageuse.

À Bruxelles, où un système de compensation partiel est en vigueur depuis 2020, le propriétaire de panneaux solaires paie désormais les tarifs du réseau sur base de la quantité d’électricité qu’il a réellement prélevée sur celui-ci. Cette partie de la facture n’est donc plus compensée par l’injection. Mieux vaut donc autoconsommer un maximum. Bref, recharger sa voiture électrique lorsque les panneaux produisent suffisamment. Ou envisager d’acheter une batterie domestique…

Charger sa voiture électrique avec le soleil : bon pour la planète ?

Il y a beaucoup de préjugés autour de la mobilité électrique, notamment sur le caractère réellement écologique de la voiture électrique. « La voiture électrique évolue. Cela coûte de moins en moins cher de produire des batteries », assure Michaël De Koster.

Certes, la production des batteries émet du CO2 et fait l’objet d’un processus de recyclage. « Mais nous sommes sur un marché en croissance. Il faut tenir compte des futurs développements technologiques ainsi que de l’évolution du mix énergétique vers de plus en plus d’énergie renouvelable. »

Notre spécialiste est formel : « Regarder les émissions de CO2 est une chose. Mais aujourd’hui dans les villes les plus polluées des gens meurent surtout à cause des particules fines et de l’oxyde d’azote. La voiture électrique est une alternative au pétrole. Elle permet de réduire fortement ces émissions et offre donc directement un air moins pollué. »

Par ailleurs, produire son électricité au moyen de panneaux photovoltaïques est également bénéfique pour l’environnement. 100% de cette production est issue de l’énergie renouvelable du soleil et 95% des panneaux photovoltaïques sont aujourd’hui recyclés. À moins d’avoir un contrat avec un fournisseur qui vous garantit 100% d’énergie verte, par exemple Drive d’ENGIE, vous n’avez pas la garantie que cette énergie n’est pas produite à partir d’énergies fossiles…

Recharger sa voiture électrique à l’énergie solaire, c’est donc un double geste positif pour la planète.

La voiture électrique alimentera bientôt la maison

« L’avenir c’est aussi le ‘véhicule to home’, prédit l’expert d’ENGIE. Il existe déjà des projets en ce sens. Ce n’est plus la maison qui alimente la batterie de la voiture mais la voiture électrique qui, au moyen d’un adaptateur, alimente la maison.»

Concrètement, « dans une maison, vous avez une consommation d’électricité de 10 kWh par jour. La batterie d’une voiture électrique a une charge de 50 à 100 kWh selon les modèles. Si votre voiture électrique a été chargée toute la journée au bureau, quand vous rentrez chez vous la batterie peut encore alimenter la consommation de la famille durant la soirée. Techniquement, c’est déjà possible et l’impact est limité sur la charge de la batterie de la voiture », conclut Michaël De Koster. La voiture devient donc en quelque sorte le chargeur de votre maison.

Une voiture solaire

La boucle est bouclée. Ce cercle vertueux sera d’autant plus facile à mettre en œuvre chez soi quand des voitures comme la Sono Sion, équipée de panneaux photovoltaïques intégrés sur la carrosserie, arriveront sur le marché.