Panneaux solaires : le compteur intelligent ne met pas fin à votre rendement

Le compteur intelligent aura-t-il un impact pour les propriétaires de panneaux solaires ? Ce nouveau compteur, en effet, ne tourne pas à l’envers. Faut-il dès lors craindre une baisse de rentabilité de son installation photovoltaïque ?

01/09/2020 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

En Flandre, Fluvius a démarré le 1er juillet 2019 l’installation du compteur intelligent de manière à ce que chaque habitation en soit équipée d’ici 15 ans. Les nouvelles constructions et rénovations, les propriétaires de panneaux solaires et les clients ayant un compteur à budget seront les premiers équipés.

Pas d’inquiétude à avoir pour le rendement des panneaux photovoltaïques. En effet, le gouvernement flamand a décidé de permettre aux propriétaires de panneaux solaires, dont l’installation a été posée avant le 1er janvier 2021, de choisir de rester pendant 15 ans dans le système actuel du tarif prosumer (forfait de +/-300 €/an) avec le principe du compteur qui tourne à l’envers. Même s’ils sont équipés d’un compteur digital. Attention toutefois, cette décision est sous réserve d'un avis contraire du Conseil d’État.

En Wallonie, le compteur intelligent devrait être déployé chez les clients disposant d’un compteur à budget, ceux dont le compteur doit être remplacé, dans les nouvelles constructions, et chez les clients qui le demandent d’ici le 1er janvier 2023. Ensuite viendront les gros consommateurs (6000 kWh et plus) et ceux qui disposent d’une installation photovoltaïque de plus de 5 kWe. 80% d’entre eux devraient être équipés d’ici 2029. À noter que suite à l’introduction du tarif prosumer le 1er octobre 2020, qui pourrait être toutefois financé en partie par la Région jusqu'au 1er janvier 2024 (la décision doit encore être entérinée), le gouvernement wallon offrirait la possibilité d’installer, aux frais de la Région, un compteur bidirectionnel digital (dans la limite des crédits publics affectés au remboursement de cette obligation).

À Bruxelles, le compteur bidirectionnel est obligatoire lors d’un nouveau raccordement ou d’un remplacement de compteur, lors de grosses rénovations, de l’installation de panneaux photovoltaïques. Il est également prioritaire pour les détenteurs d’un véhicule électrique, d’une batterie domestique, d’une pompe à chaleur, ainsi que pour les gros consommateurs (+ de 6000 kWh/an) et les citoyens qui le demandent.

Un compteur digital, c’est quoi ?

Un compteur avec un affichage électronique ! Ses spécificités ne s’arrêtent pas là. Un compteur intelligent mesure non seulement l’énergie puisée du réseau, celle renvoyée sur le réseau, mais il communique aussi votre consommation à votre gestionnaire de réseau (plus besoin de procéder au relevé d’index) ainsi que d’autres informations comme la tension ou la modification de la puissance de raccordement. On peut aussi l’activer ou le désactiver à distance. Et comme le compteur intelligent peut relever les index en temps réel, les fournisseurs d’énergie pourraient par exemple à terme optimiser les acomptes et ainsi éviter aux consommateurs d’avoir une surprise sur leur décompte annuel.

Le compteur intelligent ne tourne pas à l’envers

​Comme expliqué plus haut, en Flandre, toute personne ayant posé des panneaux solaires avant la fin 2020 peut rester dans le système actuel jusqu’à 15 ans après l’installation, sous réserve d'un avis contraire du Conseil d’État que l’on attend toujours.

​​​​​​Voilà pourquoi les propriétaires de panneaux solaires craignent souvent de ne plus bénéficier des mécanismes de compensation comme c’est le cas aujourd’hui s’ils installent un compteur digital. L’appareil, en soi, ne pose aucun problème et ne mettra pas fin à la compensation. Seule la décision du conseil d’État pourrait remettre en cause le principe de compensation.

Si les prosumers flamands préfèrent, ils peuvent toutefois opter pour le système de compensation partielle où ils paient les frais de réseau sur base de leur prélèvement réel. Dans ce cas, le tarif prosommateur sera supprimé.

Bon à savoir : à partir du 1er janvier 2021, un nouveau système de valorisation de l’injection entrera en vigueur. Ce que le prosumer prélèvera du réseau sera facturé au prix plein tandis qu’il pourra revendre ce qu’il y injectera. Dès lors, le compteur digital sera indispensable pour les nouvelles installations à partir de janvier 2021 puisqu’il permet de mesurer séparément l'injection et le prélèvement.

À Bruxelles, avec le compteur bidirectionnel, le prélèvement et l’injection d’électricité sont mesurés séparément. Sur votre facture, l’opérateur calcule la différence entre les deux pour connaître votre consommation énergétique nette. C’est sur cette consommation nette que sont calculés vos frais d’énergie, taxes et autre. Quant aux frais du réseau vous les payez sur base de ce que vous avez réellement prélevé. Vous percevez toutefois toujours des certificats verts pour votre production d’électricité

Bon à savoir : la consommation enregistrée par le compteur intelligent différera des données indiquées par le compteur de production des panneaux solaires. La raison ? Vous consommez directement une partie de l’énergie produite par vos panneaux sans passer par le réseau de distribution. Par conséquent, le compteur intelligent n’affiche que ce qui est injecté sur le réseau tandis que le compteur de production affiche l’énergie totale produite.

Vous ne possédez pas encore de panneaux solaires et vous êtes curieux de savoir si ce serait une bonne idée d’en installer ? Calculez la rentabilité solaire de votre toit en quelques clics grâce à notre outil de simulation.

À lire aussi