Calcul de l’impact du tarif d’injection pour 6 familles types

Le système avec tarif d’injection est officiellement entré en application le 1er mars 2021. Les répercussions financières pour les propriétaires de panneaux solaires peuvent être très différentes. Quelles seront-elles pour vous ? Voici les chiffres…

25/03/2021 -
Paul D.
Expert énergie chez ENGIE

L’introduction du tarif d’injection suscite de nombreuses questions chez les propriétaires de panneaux photovoltaïques.

La plus courante, évidemment : quel sera son impact sur ma facture annuelle d’électricité ? Avant d’y répondre, un petit rappel s’impose…

L’ABC du nouveau système avec tarif d’injection

  • Il est d’application depuis le 1er mars 2021 en Flandre.
  • Il concerne les installations solaires reliées à un compteur digital.
  • Vous recevez un certain montant pour l’électricité injectée sur le réseau (c’est le tarif d’injection ; chez ENGIE, il peut aller jusqu’à 5,089c€/kWh).
  • Vous ne payez plus de tarif prosumer.
  • Il est rentable, ou pas, selon votre profil d’autoconsommation (l’électricité consommée au moment où elle est produite) et votre capacité à stocker l’énergie produite dans une batterie.

Tous les propriétaires de panneaux solaires (PV) n’ont toutefois pas encore un compteur digital (le placement aura lieu entre avril 2021 et fin 2029). Il est même possible, pour certains, de conserver le compteur analogique et de continuer à profiter du système du compteur qui tourne à l’envers jusqu’en 2025. Mais ne vaut-il pas mieux opter pour le tarif d’injection tout de suite ? Et quelle sera alors la différence sur la facture annuelle d’électricité ?

6 ménages, 6 scénarios, 6 calculs

Nous avons imaginé 6 scénarios – 6 exemples représentatifs – et nous avons calculé pour chacun l’impact qu’a, ou aura, le passage dans le système avec tarif d’injection. Sans doute pourrez-vous vous identifier à l’un de ces exemples.

Attention, toutefois : chaque situation est unique. Nos simulations sont purement à titre indicatif et ont été établies sur base d’une série de facteurs :

  • Contrat d’énergie ENGIE Easy Fixed (prix mars 2021)
  • Autoconsommation de 30%
  • Tarif horaire  : mono-horaire (pas jour/nuit, appelé bi-horaire)
  • Gestionnaire de réseau (GRD) : IMEWO

Scénario 1 : 8 panneaux solaires, installés en 2009, puissance de 1,9 kVA, maison mitoyenne

Johanna (60 ans) et Wim (63 ans) vivent dans la région de Roulers.

  • Leur consommation avant les PV : 2400 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 1747 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 653 kWh
  • Ils ont toujours un compteur analogique avec système du compteur qui tourne à l’envers

Nos recommandations pour Wim et Johanna ?

N’installez pas de compteur digital et continuez à profiter le plus longtemps possible (jusqu’en 2025) du principe du compteur qui tourne à l’envers. Ce conseil est valable pour toutes les installations photovoltaïques placées entre 2007 et 2012.

La raison ? Les panneaux solaires installés entre 2007 et 2012 ont atteint le seuil de rentabilité de 5% fixé par le gouvernement flamand. Notamment grâce aux certificats verts qui étaient octroyés à l’époque. Dès lors, Wim et Johanna ne pourront pas prétendre à la compensation prévue par le gouvernement flamand pour ceux qui subissent les conséquences de la disparition du système du compteur qui tourne à l’envers.

Par ailleurs, le gain qu’ils pourraient réaliser s’ils passaient au compteur digital en choisissant le tarif bi-horaire (lire plus loin) ne serait pas suffisant pour compenser la différence sur leur facture.

Scénario 2 : 8 panneaux solaires, installés en 2020, puissance de 2,6 kVA, maison 2 façades

Emma (28 ans) et Lukas (31 ans) habitent une deux façades à Bruges. Ils n’ont pas d’enfant. Leur installation est récente, ce qui explique que sa puissance, et donc sa production, est plus élevée que celle de Wim et Johanna (scénario 1) pour un même nombre de panneaux.

  • Leur consommation avant les PV : 2600 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 2402 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 198 kWh
  • Ils ont un compteur digital

Nos recommandations pour Emma et Lukas?

Consultez régulièrement le site www.tellercompensatie.be. C’est là que vous pourrez introduire votre demande de compensation suite à l’arrêt du système du compteur qui tourne à l’envers. Elle vous permettra d’atteindre le seuil de rentabilité de 5% fixé par le gouvernement flamand pour vos PV. Cette compensation devrait être payée à l’automne 2021 pour les personnes qui ont déjà un compteur digital.

Deuxième conseil : demandez à passer au plus vite au régime bi-horaire pour réduire l’impact du tarif d’injection (lire plus loin).

Conseil n°3 : autoconsommez au maximum (ça ne coûte rien et ça rapporte !). Plus vous consommerez l’énergie que vous produisez, moins vous devrez prélever d’énergie sur le réseau et moins votre facture sera élevée. Voici 5 façons d’augmenter votre autoconsommation. Vous pouvez également vous équiper d’une batterie (lire plus loin).

Scénario 3 : 14 panneaux solaires installés en 2011, puissance de 3,5 kVA, maison mitoyenne

Wendy (48 ans), Filip (49 ans) et leurs 2 enfants résident dans une maison 3 façades à quelques kilomètres de Wetteren. Ils représentent la famille belge type, y compris en termes de consommation d’énergie.

  • Leur consommation avant les PV : 3800 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 3185 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 615 kWh
  • Ils ont compteur analogique avec système du compteur qui tourne à l’envers

Nos recommandations pour Filip et Wendy ?

Garder le plus longtemps possible (jusqu’en 2025) leur compteur analogique avec principe du compteur qui tourne à l’envers. Un conseil valable pour tous ceux qui ont placé des PV entre 2007 et 2012.

Pourquoi ? Car ces installations ont d’ores et déjà atteint le seuil de rentabilité de 5% fixé par le gouvernement flamand. C’est pourquoi Filip et Wendy ne pourront pas bénéficier de la compensation prévue pour ceux qui subissent les conséquences de la disparition du système du compteur qui tourne à l’envers.

Par ailleurs, s’ils décidaient malgré tout d’accepter le placement d’un compteur digital avant 2025 et s’ils passaient au tarif bi-horaire (lire plus loin), cela ne couvrirait pas la différence sur leur facture.

Scénario 4 : 14 panneaux solaires installés en 2020, puissance de 4,6 kVA, maison 4 façades

Loubna (38 ans), Frederico (40 ans) et leurs 2 enfants ont fait construire leur maison à Audenarde et s’y sont installés à l’été 2020. Ils en ont profité pour couvrir leur toit de panneaux solaires.

  • Consommation estimée avant les PV : 4200 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 4204 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 0 kWh
  • Ils ont un compteur digital

Nos recommandations pour Frederico et Loubna ?

1. Demander la prime d’investissement rétroactive suite à la fin du système du compteur qui tourne à l’envers. Pour cela, rendez-vous sur le site www.tellercompensatie.be. Vos 1504€ devraient vous être payés d’ici l’automne 2021.

2. Passer sans tarder au régime bi-horaire pour réduire l’impact du tarif d’injection. Vous épargnerez, dans votre cas, 61€/an (lire plus loin).

Scénario 5 : 24 panneaux solaires installés en 2016, puissance de 6,5 kVA, maison 4 façades avec piscine

Angèle (39 ans), Mark (46 ans) et leurs 2 enfants résident dans une grande maison à Sint-Martens-Latem. Ils ont installé des PV en 2016 pour diminuer leur facture d’énergie devenue élevée suite à la construction d’une piscine deux ans auparavant.

  • Consommation avant les PV : 12000 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 5897 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 6103 kWh
  • Ils ont un compteur analogique avec système du compteur qui tourne à l’envers

Nos recommandations pour Mark et Angèle ?

Ne pas accepter tout de suite le compteur digital ! Et donc profiter le plus longtemps possible du système du compteur qui tourne à l’envers. C’est possible jusqu’en 2025.

Mais attention : Mark et Angèle n’ont pas intérêt à attendre fin 2025 avant de faire placer leur compteur digital. Plus ils attendront et plus leur prime de compensation octroyée suite à l’arrêt du système du compteur qui tourne à l’envers diminuera. En effet, le montant de celle-ci est calculé non seulement sur base de l’année de mise en service des PV mais de l’année au cours de laquelle le compteur analogique est remplacé par le compteur numérique. Plus d’infos ici.

Dès qu’ils basculeront dans le système avec tarif d’injection, Mark et Angèle auront également intérêt à choisir un tarif bi-horaire (lire plus loin) et à considérer l'installation d'une batterie de stockage (lire plus loin) pour augmenter leur autoconsommation.

Scénario 6 : 32 panneaux solaires installés en 2018, puissance de 9,6 kVA, maison 4 façades avec pompe à chaleur

Eva (41 ans), Noah (45 ans) et leurs 2 enfants sont les propriétaires d’une villa à Vleteren équipée d’une pompe à chaleur, un système de chauffage durable mais qui consomme de l’électricité. C’est pourquoi ils ont aussi fait placer des panneaux solaires.

  • Consommation avant les PV : 18000 kWh
  • La production annuelle de leurs PV : 8736 kWh
  • Leur consommation actuelle sur le réseau : 9264 kWh
  • Ils ont un compteur analogique avec système du compteur qui tourne à l’envers

Nos recommandations pour Noah et Eva ?

Elles sont identiques à celles évoquées pour Mark et Angèle au scénario 5. On vous invite donc à vous y reporter ;-)

Réduire l’impact du tarif d’injection grâce au tarif bihoraire

Avant l’introduction du tarif d’injection, il était recommandé, avec des panneaux photovoltaïques, d’opter pour le compteur mono-horaire. Du moins si l’installation permettait de couvrir votre consommation annuelle.

Mais avec l’arrivée du tarif d’injection, la donne a changé. En effet, désormais, votre facture énergétique est calculée sur base de la consommation réelle prélevée sur le réseau électrique. Passer au bi-horaire vous permettra de réduire vos coûts de réseau de distribution et de payer moins cher votre consommation du soir et de la nuit, des moments où vos panneaux ne produisent pas. La journée, la meilleure option sera d’augmenter votre autoconsommation en faisant fonctionner vos appareils électriques pendant que vos panneaux solaires produisent.

Bon à savoir : vous pouvez passer d’un tarif mono-horaire à bi-horaire gratuitement au moment de l’installation du compteur digital, par l’intermédiaire du technicien. Si vous le faites plus tard (la demande se fait auprès de Fluvius), il vous en coûtera 10,42 € (TVAC). Par contre, ne le faites pas avant que votre compteur digital soit installé. Sachez également qu’après un changement de tarif, la facture finale de votre fournisseur d’énergie vous est automatiquement envoyée et vous pouvez perdre une partie des bénéfices de votre compteur qui tournait à l’envers. Votre demande de passer au tarif bi-horaire ne doit donc pas être faite n’importe quand car vous risquez de clôturer une période « compensée ».

Investir dans une batterie, l’autre bonne idée

Dans le système avec tarif d’injection, plus vous consommez votre propre production d’électricité, plus vous réaliserez des économies. D’où l’intérêt de placer une batterie.

C’est d’autant plus une bonne idée que l’achat d’une batterie est rentable en Flandre ! Notamment car :

  • vous pouvez bénéficier d’une prime pour votre batterie jusqu’au 31 décembre 2024. Mais attention, le montant est revu à la baisse chaque année. Mieux vaut donc ne pas trop tarder pour investir ;
  • vous compensez le compteur qui ne tourne plus à l’envers. Surtout si vous choisissez la bonne taille de batterie
  • vous augmentez votre autoconsommation de 30% à 60 voire 70% et faites donc, en même temps, un geste vert pour la planète puisque vous consommez davantage d’énergie renouvelable ;
  • vous êtes prêt pour la future introduction du tarif capacitaire pour les frais de réseaux.

Bref, tarif d’injection + batterie domestique = duo gagnant !

Comment estimer moi-même l’impact du tarif d’injection sur ma facture ?

Le calcul est ardu. Mais vous pouvez réaliser une estimation en suivant dans le temps l’évolution de vos index. Les éléments qu’il faut observer ?

  • Ce que vous prélevez chaque mois sur le réseau.
  • Valoriser ce que vous prélevez au prix de l’électricité en €/kWh.
  • Appliquez sur base d’une facture précédente les coûts de distribution et les taxes, en ne comptant pas le tarif prosumer (que vous ne paierez alors plus).
  • Comparer ce coût par rapport à la prime de compensation que vous pouvez percevoir suite à l’arrêt du compteur qui tourne à l’envers. N’oubliez pas que cette prime est calculée sur base de l’année de mise en service de vos PV et de l’année d’installation de votre compteur digital.

Pour plus d’informations sur le système avec tarif d’injection et votre futur contrat pour l’injection, c’est par ici !