Tri des poubelles PMC, papier : les bons et les mauvais gestes

Bien trier ses déchets, entre sacs poubelles blancs, jaunes, bleus, mauves, verts … Pas évident. Les erreurs compliquent les opérations de recyclage et nuit à la qualité des matériaux convertis. Rappel des bons et des mauvais gestes.

03/09/2019 -
Suzanne M.
On a tous déjà eu ces discussions entre collègues ou membres d’une même famille : « la bouteille d’eau, on l’écrase horizontalement, ou verticalement ? », « la serviette en papier : poubelle blanche ou papier-carton »,« et les pots de yaourt ? ». On est pourtant tous animés par une seule volonté : trier au mieux pour donner une nouvelle vie à nos déchets pour réduire leur impact environnemental.

Le verre

À FAIRE

> Utiliser les bulles à verre. C’est l’habitude la mieux ancrée. Le verre blanc va dans les bulles blanches ; le verre coloré dans les bulles vertes. La raison ? Seul le verre incolore redonne du verre incolore. Dans certaines communes de Flandre, une collecte du verre à domicile est cependant encore organisée.

À NE PAS FAIRE

> Laisser les bouchons sur les bouteilles et les couvercles sur les pots car ils sont recyclés avec les PMC.

>Les rincer

> Glisser des plats en verre ou des verres à boire cassés dans les bulles. Ils ont en effet une composition chimique différente des bouteilles et bocaux, qui oblige à atteindre des températures plus élevées pour les faire fondre. Même interdiction pour la porcelaine, la faïence, la céramique. Pour elles, direction le parc à conteneurs.

> Y mettre des bouteilles consignées : vous vous privez de quelques euros à récupérer en magasin et, de plus, elles sont réutilisées sans être fondues. Ces bouteilles consignées sont nettoyées, stérilisées et reremplies.

Les PMC (sac bleu)

Que peut-on mettre dans les PMC ? Réponse : des plastiques, des métaux et des cartons pour boissons. Mais pas n’importe lesquels !

À FAIRE

> Côté plastiques, seuls les bouteilles et flacons sont concernés : eau, soda, lait, lessive, shampoing… Ils sont en PET (polytéréphtalate d’éthylène) ou en PEHD (polyéthylène haute densité). Vous pouvez laisser les bouchons. Toutefois, dans certaines communes ou intercommunales en Flandre, il est également possible d’y mettre d’autres contenants, notamment ceux qui pourront être déposés dans les futurs sacs mauves P+MC (lire plus bas). Bref, soyez attentif si vous habitez en Flandre.

Les bouteilles en plastique doivent être aplaties dans le sens de la longueur

Mais faut-il aplatir les bouteilles ? Les écraser dans le sens de la longueur ? Les compacter de haut en bas ? En fait, tout dépend des installations de tri. Les situations varient selon les pays et les régions. En Belgique, c’est Fost Plus qui coordonne les opérations. Et son conseil est clair : aplatissez-les dans le sens de la longueur. Cela permet de gagner de la place dans le sac. Et, lors du tri en usine, une bouteille aplatie ne roule pas sur le tapis et est donc plus sûrement détectée par le lecteur optique.

> Côté métaux, sont acceptés les raviers en aluminium, les conserves, les boîtes en fer blanc, les canettes (que vous pouvez écraser pour gagner de la place mais ce n’est pas obligatoire), et même les aérosols pour aliments ou pour cosmétiques ainsi que les capsules et bouchons.

> Côté cartons pour boisson, ce sont les récipients de lait, de jus ou de soupes. Ici aussi, vous pouvez les écraser pour gagner de la place.

À NE PAS FAIRE

> Laisser de la nourriture dans les emballages. Il convient toujours de bien évacuer la totalité du contenu des bouteilles et récipients avant de les jeter. C’est valable pour toutes les poubelles d’ailleurs. Par contre, il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’à les nettoyer. Un lavage intervient en usine. Nettoyer ses bocaux et bouteilles est d’ailleurs l’un des 8 gestes écologiques qui ne le sont pas tant que cela.

> Mettre les feuilles d’aluminium. Elles sont trop fines pour être recyclées efficacement. En effet, une fois plongées dans le four pour redevenir de la matière première, elles se consument au lieu de fondre.

> Y jeter des flacons corrosifs. Ces emballages sont identifiables par des pictogrammes (liquide corrosif, tête de mort…). Ce sont aussi les flacons dotés d’un bouchon de sécurité (déboucheurs, détartrants…), ceux contenant des liquides chimiques (pesticides, insecticides, peintures…). Tous vont au parc à conteneurs.

> Déposer des sachets de chips ou de café. Malgré l’extension à de nouveaux emballages, certains plastiques restent bannis du sac bleu. C’est le cas des sachets de chips ou de café (en plastique revêtu d’aluminium).

L’arrivée d’un sac mauve

Depuis avril 2019, le sac bleu (PMC) est en train de céder sa place au « nouveau sac bleu » ou plutôt au sac mauve (P+MC). Ce remplacement se fait progressivement. Le pays devrait être totalement couvert à la fin 2020.

La signification de ce P+ pour « plastique plus » ? Aux PET et PEHD, s’ajoutent d’autres contenants : pots de yaourt, emballages pour fromage et jambon, barquettes de beurre, films de protection, sacs de course… Pour savoir quand vous serez concerné(e), surveillez votre boîte aux lettres. Votre commune vous informera.

Les papiers et cartons

Selon la Région, ce type de déchet est collecté soit dans un sac (jaune) soit en petits paquets ficelés.

À FAIRE

Les collectes sélectives reprennent papiers, journaux, magazines, enveloppes, cartons… Les publicités doivent être défaites de leur film plastique. Les piles de journaux ne peuvent pas être attachées par de la corde synthétique. De même, pas d’adhésif pour fermer les boîtes en carton. Ces matières perturbent le recyclage.

Lorsqu’un sac jaune n’est pas prévu, papier et carton peuvent être déposés dans une caisse en carton ou ficelés en petit paquet de maximum 15 kg sans fil métallique ni papier collant.

À NE PAS FAIRE

> Jeter des cartons souillés. Les sachets de frites, les cartons à pizza, à surgelés sales, les essuie-tout souillés mais aussi les papiers peints et la cellophane doivent être placés dans la poubelle classique des ordures ménagères. Les substances qu’ils contiennent ont un effet négatif sur le recyclage.

> Y mettre des classeurs. Ceux-ci comportent des éléments métalliques. Ils sont donc à bannir.

Les déchets organiques

Selon les Régions, les déchets verts et déchets organiques peuvent être déposés dans des conteneurs à puce verts, des sacs verts et même, à Bruxelles, des sacs à compost.

À FAIRE

> Valoriser vous-mêmes vos déchets de cuisine. Le compostage à domicile est à la mode et même encouragé. Logique : ces déchets pèsent la moitié de nos poubelles ! Dans un compost, on peut ainsi dégrader les restes de repas, les épluchures, le marc de café mais aussi les essuie-tout souillés, les herbes, les feuilles…

> Distinguer au besoin déchets de jardin et de cuisine. En général, les collectes par conteneur ou sac verts acceptent à la fois les déchets de jardin (tontes de pelouse, etc.) et les déchets de cuisine (restes de repas, etc.). Toutefois, dans certaines communes, une distinction est faite. À Bruxelles, un sac blanc-vert récupère ainsi les déchets de jardin et un sac orange, les déchets de cuisine.

À NE PAS FAIRE

> Mettre de la terre avec vos déchets de jardin. Doivent être exclus de ces rebuts végétaux : terre, sable, graviers, déjections animales… Idem pour les piquets, souches et troncs d’arbre, qui prennent trop de temps à se dégrader.

> Jeter les moules avec les organiques. Concernant les déchets de cuisine, il y a aussi des exceptions. Pas de litières, de cendres, de mégots, de langes… Dans certaines zones, on accepte les coquilles (œufs, moules) mais pas dans d’autres ! Idem avec les produits animaux (viandes, poissons, produits laitiers). Il faut donc se référer aux prescriptions de son intercommunale d’immondices.

Les autres déchets

Enfin, pour toute une série d’autres déchets, il est bon d’utiliser les filières spécifiques :

> Bebat reprend les vieilles piles ;
> Recupel, les ampoules et les appareils électriques ;
> Valorfrit, les huiles de friture ;
> Valorlub, les huiles de moteur ;
> Recytyre, les pneus usagés.

Leurs points de collecte se trouvent dans les supermarchés, les parcs à conteneurs, les commerces…

Derniers conseils

Dans les communes, des collectes de grands encombrants et déchets spécifiques sont organisées pour tout ce qui ne rentre pas dans les poubelles de ménage ou que vous ne pouvez amener au parc à conteneurs. Les dates de collecte peuvent être obtenues auprès de votre administration communale ou du partenaire environnemental de votre province.

Il ne vous reste plus qu’à sortir la bonne poubelle le bon jour… C’est ici que le calendrier des collectes, distribué en début d’année, prend toute sa valeur. Sur le trottoir, il peut arriver que votre sac soit refusé et barré d’un autocollant rouge. Erreur de tri. Rectifiez-le. Car laisser traîner un sac refusé est – en théorie – passible d’une amende. Et pour diminuer le volume de vos poubelles, vous pouvez aussi tenter de devenir une famille zéro déchet 😉

À lire aussi