Rien de pire qu'une panne de chauffage en plein mois de janvier. Pour éviter les pannes, s’assurer un confort douillet tout l’hiver et profiter d’un chauffage performant, on met toutes les chances de son côté grâce à nos conseils futés.

Les causes d’une panne de chaudière, et donc de chauffage, sont multiples. Une chaudière restée trop longtemps inactive, une chaudière de plus de 15 ans… Mais pas seulement. Pour éviter la panne au plus mauvais moment, c’est-à-dire l’hiver, vous pouvez repérer quelques signes avant-coureurs et poser quelques gestes qui garantiront un rendement optimal à votre système de chauffage.

Contrôler sa chaudière

Pour éviter une panne de chaudière en hiver on oublie pas l’entretien

C’est le b.a.-ba ! Et mieux vaut le faire avant l’hiver, quand les chauffagistes sont un peu moins débordés. De plus, le contrôle périodique de la chaudière est une obligation légale.

> Les chaudières au gaz doivent être vérifiées tous les 3 ans en Wallonie et tous les 2 ans en Flandre et à Bruxelles.

> Les chaudières au mazout doivent être contrôlées tous les ans, dans les 3 Régions du pays.

> Les chaudières au bois, aux pellets, à la biomasse et au charbon suivent le même calendrier de 1 an, dans les 3 Régions. C’est logique, puisqu’il s’agit de combustibles solides.

Entre 2 contrôles périodiques obligatoires, n’hésitez pas à procéder à un petit entretien (nettoyage, réglage).

L’entretien de la chaudière permet d’éviter les pannes et de garantir à votre appareil un rendement optimum. Mais aussi d’éviter les risques liés au monoxyde de carbone. Si elle a plus de 15 ans, le moment est peut-être venu de remplacer votre chaudière

Régler le boiler d’eau chaude à la bonne température

« On pense souvent, à tort, qu’en hiver il faut pousser la température du boiler d’eau chaude relié à la chaudière sur 70°C, regrette Paul De Vylder, expert énergie chez ENGIE. Or 60° est amplement suffisant. De plus, en choisissant cette température plus basse, les dépôts de calcaire seront moindres et vous prolongerez la durée de vie du boiler et, par conséquent, vous réduirez les risques de panne. »

Par contre, ne descendez jamais la température sous les 60°C : germes et bactéries ne seraient alors plus détruits.

Vérifier la pression de la chaudière

Comment vérifier la pression de l’eau de la chaudière

La pression de l’eau dans la chaudière doit toujours être optimale : elle se situe en général entre 1 et 2 bars. « Vérifiez le chiffre exact dans la zone verte du manomètre de votre chaudière », conseille Paul. Si la pression est trop haute, cela endommagera votre installation de chauffage. Si elle est trop basse, votre chauffage fonctionnera moins bien.

Attention : sur certaines installations, une aiguille fixe rouge (réglable par l’installateur) représente la limite de pression en dessous de laquelle ne pas descendre. Ce n’est pas la pression à atteindre, mais bien la pression minimum de l’installation à respecter !

Purger les radiateurs

Après une longue période inactive, de l’air peut être emprisonné dans vos radiateurs. Conséquence : ils font du bruit et ne chauffent pas de façon uniforme. Cette petite vidéo vous indique la marche à suivre.

À côté de la purge, pensez aussi à dépoussiérer les radiateurs. Un geste simple, pourtant souvent oublié, qui permet à la chaleur de se diffuser dans la pièce sans être « emprisonnée ».

Ajuster le thermostat et les vannes thermostatiques

Vérifiez que la programmation de votre thermostat est encore à jour. Rien ne sert de chauffer à 21° si personne n’est à la maison. Suivez donc nos 5 conseils pour régler votre thermostat à la perfection.

N’oubliez pas non plus vos vannes thermostatiques. Leur sonde permet de réguler le débit de chaleur circulant dans le radiateur. La position 1 correspond en général à 15°C, la position 2 à 17°C, la position 3 à 19°C-20°C, la 4 à 22°C. Attention toutefois à ce que les vannes présentes dans la pièce où se trouve votre thermostat soient toujours ouvertes au maximum. Si vous mettez ces vannes sur 3 (19-20°) et que le thermostat d’ambiance est réglé sur 21°, il fera tourner la chaudière en permanence sans jamais réussir à atteindre ces 21°C.

Tenir le niveau de mazout à l’œil

Le conseil tombe sous le sens et pourtant, nombreux sont les propriétaires d’un chauffage au mazout à tomber en panne faute… de combustible ! La jauge peut parfois être trompeuse, la bonne vieille technique du bâton dans la cuve reste un must !

Malgré toutes ces précautions vous soupçonnez une panne ? Avant d’appeler le chauffagiste, adoptez les gestes de premiers secours pour votre chaudière !

Quoi qu’il en soit, ayez toujours à l’esprit qu’il y a des gestes de prévention qui permettent de diminuer les coûts de réparation.

Facebook Comments