Des idées étonnantes pour une année scolaire plus verte et durable

Et si vous misiez tout sur le vert pour cette nouvelle année scolaire ? Mettre du durable dans le cartable va bien au-delà des fournitures. La preuve avec les initiatives surprenantes de quelques parents et écoles, à adopter illico ?

13/09/2021 -
Suzanne M.

Une rentrée et une année scolaires durables commencent par quelques petits gestes simples comme :

  • Réutiliser le plus possible le matériel de l’année précédente.
  • Adopter des fournitures qui durent dans le temps (en bois ou en métal plutôt qu’en plastique). Saviez-vous qu’il existe désormais des cartables confectionnés en bouteilles PET ?
  • Choisir un porte-plume rechargeable plutôt qu’à cartouches individuelles.
  • Préférer la colle à base d’amidon, les gommes sans latex, les correcteurs sans solvant, tout ce qui porte l’Écolabel européen.
  • Opter pour une calculatrice solaire.
  • Etc., etc.

Mais des parents et des écoles ont décidé d’aller encore plus loin. De quoi éveiller la curiosité et, pourquoi pas, d’adopter leurs solutions…

Le ramassage scolaire en calèche

Si certains écoliers vont à l’école à vélo ou à pied pour diminuer leur empreinte carbone et favoriser une mobilité plus douce, une initiative bruxelloise remporte déjà un joli succès : le ramassage scolaire en calèche. Lancé par la coopérative sociale et écologique Hyppy, cet « hippopédibus » tiré par 2 flamboyants percherons – Goliath et Germinal – emmène gratuitement chaque matin une vingtaine d’enfants de plusieurs établissements scolaires d’un quartier. Pour organiser ce ramassage scolaire pas comme les autres dans votre commune (bruxelloise) ou pour votre école, il suffit de contacter Hyppy.

L’alternative : le pédibus ou le covoiturage scolaire

Les pédibus ont de plus en plus la cote et ils sont un bon moyen d’organiser une rentrée plus économe en énergie, et de prolonger cela tout au long de l’année. D’autant que laisser sa voiture au garage présente parfois quelques avantages.

Le principe ? Un groupe d’enfants est mené à tour de rôle par des accompagnateurs (parents ou bénévoles) sur le chemin de l’école. Comme le bus, le pédibus accueille les enfants en différents endroits d’un itinéraire prédéfini et selon un horaire fixe. Cela peut aussi fonctionner à vélo ! Et pour ceux qui habitent plus loin de l’école, pourquoi ne pas envisager du covoiturage scolaire ? Avec Schoolpool, c’est très facile à organiser.

Des protège-cahiers zéro déchet en tissu

Une cantine antigaspi

Les exemples viennent souvent de l’étranger. Une école américaine de l’Indiana concocte ainsi chaque vendredi des plats à emporter avec tout ce qui n’a pas été utilisé et consommé à la cantine durant la semaine. Objectif : réduire les déchets mais aussi permettre aux enfants plus défavorisés de ramener gratuitement de bons petits plats chez eux pour le week-end.

D’autres écoles proposent des réductions sur les repas à tous les enfants qui amènent des contenants réutilisables. Une façon motivante de diminuer l’usage des plastiques à usage unique.

Des idées à creuser chez nous ? Certainement. Mais des initiatives similaires commencent aussi à voir le jour chez nous. La Province de Liège s’est ainsi engagée en faveur du projet Green Deal (initié par la Région wallonne) afin de favoriser une alimentation saine et durable au sein des cantines scolaires. Le but ? Pouvoir offrir au moins un repas par semaine répondant aux critères de durabilité pour toucher près de 8 000 élèves et 9 000 étudiants.

Depuis 2017, la ville de Gand fait également des efforts pour les repas scolaires avec par exemple une journée végétarienne fixe par semaine avec un pourcentage minimum d'ingrédients biologiques, durables et de saison.  Ou encore deux menus écologiques par an. Un peu partout sur le territoire d’autres écoles misent sur une alimentation de qualité grâce à l’action du Collectif Développement Cantines Durables.

Plusieurs écoles wallonnes et bruxelloises proposent également la distribution gratuite de fruits et légumes une fois par semaine dans le cadre du programme « Lait, fruits et légumes à l’école » (subsidié conjointement par l’Union Européenne et la région Wallonne). De son côté, Sodexo – qui sert des repas aux jeunes de la maternelle à l’université – s’investit également dans le « bon sens », entre autres grâce à son programme WasteWatch pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Adopter les codes de l’école climatique

À Berlin, les « Climate Schools » (c’est un label officiel) sensibilisent leurs élèves à la problématique du changement climatique. Comment ? En organisant des leçons sur comment économiser l’énergie à la maison et à l’école, sur le cycle hydrologique, les énergies renouvelables, la neutralité carbone, mais aussi en fabriquant des potagers, des abris pour les hérissons, des nichoirs, etc.

En France, ce sont près de 250 000 classes du secondaire qui possèdent désormais un éco-délégué ! Une initiative menée par le ministère de l'éducation nationale. Même si la Belgique « n’impose » encore rien dans ce sens… Plusieurs écoles se lancent dans l’aventure pour élire des éco-délégués. Au Lycée Saint-Jacques à Liège, par exemple, des élèvent – devenus les relais du « durable » - prennent les choses en main pour organiser des actions en faveur de l’écologie et sensibiliser leurs camarades aux changements climatiques. Comment ? En distribuant des collations zéro déchet et en condamnant les distributeurs de nourriture et de boissons.

À Bruxelles, le label international « Eco-Schools » pour les écoles, organisé par la FEE (Foundation for Environmental Education) prend aussi de l’ampleur pour convertir l’éducation aux enjeux environnementaux, notamment en impliquant toujours plus les élèves.

Organiser un club vert scolaire

L’an dernier, Hector a organisé le premier club vert à l’école de son fils. « Je travaille dans les énergies renouvelables et je me suis dit que je pouvais faire profiter les copains d’école de Victor de mes connaissances pour les sensibiliser aux défis climatiques. Le club se réunit une fois par mois, durant 2h, sur un thème. Ensuite, je leur propose des petits défis en lien avec la thématique. Je suis à chaque fois étonné de la motivation qu’ils ont à agir pour le bien de la planète. » Ça vous tente ? Il existe plein de façons amusantes d’apprendre aux enfants à économiser l’énergie !

Et parce qu’il n’y a pas qu’à l’école que l’on peut faire un geste pour un avenir plus neutre en carbone, lisez aussi nos 5 astuces pour devenir une famille zéro déchet et nos 7 conseils pour être une famille à énergie positive !