Un jardin moins gourmand en électricité et en eau

Votre jardin aussi peut être énergivore. Pour qu’il le soit moins, on a quelques bonnes idées. 5 gestes qui vous permettront de passer un printemps et un été sans vous soucier de vos factures d’énergie et sans abuser de la planète !

12/04/2021 -
Suzanne M.

Lorsqu’il s’agit de diminuer la consommation d’eau ou d’identifier les énergivores de la maison, vous savez plus ou moins quoi faire. Par contre, au jardin, c’est tout de suite un peu plus compliqué, vous ne savez pas vraiment par où commencer. Suivez le guide…

1. Au jardin, vive l’eau de pluie !

Pourquoi se priver d’une eau qui est gratuite ? Et que l’on peut récolter en moyenne entre 140 et 150 jours par an en Belgique ;-) C’est l’idéal pour arroser plantes, potager, voire même pour faire l’appoint de la piscine si vous en possédez une. Saviez-vous qu’un jardin exige entre 15 et 20 litres d’eau par mètre carré en moyenne ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • cuve enterrée ;
  • citerne aérienne ;
  • récupérateur hors sol ;
  • simple tonneau.

Le volume peut alors varier de quelques centaines à 10 000 litres (qui est le maximum autorisé). Les citernes enterrées exigeront de gros travaux. Les prix, eux, oscillent de quelques dizaines d’euros pour les plus petits modèles à plus de 5 000 euros pour les plus grands exigeant des travaux d’excavation.

2. Adopter les gestes des jardiniers professionnels

Plusieurs éco-gestes de pro peuvent vous faciliter la vie et vous faire faire des économies.

Privilégier les plantes locales et peu gourmandes en eau

On choisit des plantes qui exigent peu voire pas du tout d’eau. Oui, ça existe ! Ce sont pour la plupart des plantes dites « grasses ». Parmi celles-ci, on citera, par exemple :

  • le pourpier
  • l’orpin
  • la gaillarde (elle porte bien son nom…)
  • les cactus
  • la lavande
  • le laurier rose
  • le bougainvillier
  • etc.

Favorisez aussi les espèces locales adaptées à notre climat.

Laisser le gazon jaunir

C’est sûr, une pelouse est plus jolie lorsqu’elle arbore un vert intense. Lorsque la vôtre commence à jaunir, ne l’arrosez pas ! Dame nature fait particulièrement bien les choses. Dès les premières pluies, votre gazon retrouvera son vert d’antan.

Vous ne pouvez pas imaginer vivre avec une herbe un peu roussie ? Semez alors un gazon résistant à la sécheresse. Même en cas de fortes chaleurs, il ne virera pas au jaune.

Bon à savoir : évitez de tondre trop court. Plus vous le ferez, plus vous devrez tondre souvent. À moins que vous ne vous facilitiez la vie avec un robot qui tond à votre place ;-). Découvrez les 7 critères pour bien choisir son robot tondeuse.

Préserver l’écosystème

L’idéal ? Placer au pied des plantes des restes de tonte, des écorces, des feuilles mortes, des copeaux de bois… Ce paillage permettra de retenir l’humidité dans le sol. Et donc de limiter l’arrosage !

Arroser tôt le matin ou dans la soirée

Surtout jamais aux heures les plus chaudes pour éviter qu’une grande partie de l’eau s’évapore avant d’avoir pénétré le sol. Pensez aussi à biner un peu la terre avant l’arrosage pour une meilleure pénétration de l’eau. Et à viser le pied de vos plantes !

L’arrosage goutte à goutte est recommandé. On vous explique comment fabriquer votre tuyau d’arrosage goutte à goutte.

3. Opter pour l’éclairage LED ou solaire

Des LED au jardin

Vous avez le choix entre des luminaires LED avec ou sans câblage. Les premiers sont raccordés au réseau 230 V de la maison ; les seconds fonctionnent en basse tension et sont plus faciles à installer.

Dans les deux cas, la durée de vie s’élève entre 40 000 et 50 000 heures et ils ont une faible consommation énergétique. Résultat : vous pouvez les laisser allumés plus longtemps pour profiter des longues soirées d’été. Faites en sorte qu’ils aient une protection suffisante contre l’eau (IP supérieur à 65).

Quelle puissance choisir ?

> Pour un coin repas en terrasse : des appliques murales ou des suspensions de 10 à 20 Watts et de couleur blanc chaud.

> Pour un escalier : des spots encastrables de 1 à 5 Watts disposés régulièrement pour un balisage parfait. La température de la lumière peut être un blanc froid ou chaud.

> Devant un garage : un spot orientable équipé d’un détecteur de mouvement de 20 à 30 Watts avec une lumière blanc froid.

> Pour un massif de fleurs : un projecteur de 10 à 30 Watts d’un blanc froid légèrement bleuté ou d’un blanc naturel.

> Pour une façade : des appliques murales orientées vers le haut de 10 W par 15 m2. Blanc chaud ou froid ou encore LED de couleur, mais toujours en harmonie avec la couleur de votre façade !

Pour info, une ampoule LED de 10 W équivaut à une ampoule halogène de 50W ! Avec une consommation 80 fois inférieure ! Et pour un éclairage LED très country, on vous propose de transformer des boîtes de conserve en lampes d’extérieur design.

Lumière solaire au jardin

Pensez aussi aux lampes à capteurs solaires. La technologie a fortement évolué et elles peuvent éclairer n’importe quel endroit dans le jardin. Spot, applique, projecteur, guirlande, balise, les luminaires solaires se déclinent aussi sous toutes les formes. Certains modèles offrent même une puissance pouvant aller jusqu’à 800 lumens soit l’équivalent d’une ampoule halogène de 70 W ! Sans vous coûter un euro !

4. Cuisiner au barbecue solaire

Plus écologique et économique que le barbecue au gaz ou le barbecue électrique voire au bois, le BBQ solaire peut chauffer jusqu’à 150°C. Il vous faudra juste un peu plus de patience pour la cuisson des brochettes ;-)

5. Faire confiance aux objets connectés

Système d’arrosage et pots intelligents qui mesurent les besoins de vos plantes et vous avertissent quand vous devez vous en occuper. Barbecue contrôlant la cuisson de vos viandes pour éviter le surplus de chauffe. Prises connectées pour allumer ou éteindre à distance vos appareils. La technologie n’a jamais été autant au service du jardin !

Et pour encore plus d’économies, on a identifié pour vous les 5 énergivores de l’été et les solutions pour les combattre. De quoi faire un pas supplémentaire vers un avenir plus neutre en carbone